2 min de lecture Artisanat

À l'école des joailliers, on lapide les pierres précieuses

REPORTAGE - Dans cette école sécurisée à proximité de la place Vendôme à Paris, on taille des pierres exceptionnelles pour créer des bijoux qui écriront l'histoire de nos familles.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
À l'école des joailliers, on lapide les pierres précieuses Crédit Image : Sophie Aurenche / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Nicolas Scheffer

Vous aimez les bijoux, les belles pierres ? On peut les découvrir à l'école des arts joailliers à deux pas de la place Vendôme à Paris. Une école ouverte à tous. Depuis huit ans, elle a formé 32.000 élèves, 48 cours sont proposés : histoire des pierres, un tour du monde des bijoux, la découverte du rubis ou la fascination du diamant.

"Qu'est-ce qu'elle brille la pierre, c'est trop beau !", s'exclame Caroline, après plusieurs heures de travail dans un petit établi sécurisé. Il ne faut prendre aucun risque, les enseignants, gémologues ou lapidaires, ces professionnels des bijoux, sont là anonymes. "Il faut respecter une certaine discrétion quand on travaille avec des matières de valeur pour ne pas qu'on vienne nous voler nos pierres", explique Dominique, le professeur. 

Il faut attacher ses cheveux et enlever ses bijoux avant de s'installer sur son plan de travail et remonter son plateau pour éviter de se faire éclabousser. "Il y a de l'eau qui tombe en goutte à goutte pour humidifier la rondelle", pointe Caroline qui apprend le métier. 

"Faire chanter les meules"

Elle attaque la pierre avec l'eau et entend la pierre être façonnée. "Les lapidaires, qui taillent la pierre, avaient une expression : faire chanter les meules", explique le professeur. Caroline a chaussé des lunettes loupes pour entrer dans la peau du lapidaire. Il faut y aller très doucement et la pierre commence à briller. 

À lire aussi
Une rue commerçante (Illustration) commerce
Coronavirus : quel plan du gouvernement pour aider les artisans et commerçants ?

"On a tous une relation particulière aux bijoux. Chacun a dans sa famille un bijou fétiche, quelle que soit la valeur, la matière ou son âge", explique Marie Vallanet-Delhom, la directrice de l'école. "Les élèves vont repartir avec une pierre taillée pour pouvoir montrer ce qu'ils ont pu faire", poursuit la directrice enthousiaste.

"Ce qui me plait, c'est de voir la transformation"

"Quand on expérimente soi même, on se rend compte du savoir-faire nécessaire pour arriver à une pièce de haute-joaillerie", souligne le maître, Dominique. "Ce qui me plait, c'est de voir la transformation. Je suis subjuguée de partir d'un état brut et d’arriver à quelque chose d'extraordinaire. C'est incroyable", s'extasie Caroline.

Caroline est fière de pouvoir emporter la pierre qu'elle a façonnée
Caroline est fière de pouvoir emporter la pierre qu'elle a façonnée Crédit : Sophie Aurenche / RTL
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Artisanat Bijoux Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants