2 min de lecture Islamisme

Islam : "Les groupes islamistes sont des minorités actives", selon un professeur

INVITÉ RTL - Bernard Rougier, professeur à l'Université de Paris 3 Sorbonne est spécialiste de l'islam radical. Il y a quelques jours il a publié "Les territoires conquis de l'islamisme" aux Presses universitaires de France.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
"Séparatisme islamiste" : "Une situation au fond où des groupes cherchent à subvertir les institutio Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par La rédaction de RTL

La République peut-elle reconquérir ses quartiers perdus ? C'est la question que l'on se pose, mardi 18 février, avec la visite d'Emmanuel Macron dans un quartier de "reconquête républicaine", à Mulhouse. Le président va dévoiler son plan de lutte contre le séparatisme islamiste, une nouvelle formule macronienne.

Pour Bernard Rougier, professeur à l'Université Paris 3 Sorbonne, spécialiste de l'islam radical et auteur de Les territoires conquis de l'islamisme (Presses Universitaires de France), lorsqu'on évoque le séparatisme islamiste, "on évoque une situation au fond où des groupes cherchent à subvertir les institutions pour développer une identité propre, un régime dérogatoire, un certain nombre d'avantages, et en fait, à travers cette formule, c'est la tentative des islamistes pour s'approprier les musulmans, parler en leur nom, créer un collectif et au fond en finir avec la citoyenneté française universaliste pour créer des groupes politiques."

Pour le professeur, "en réalité, il y a une très grande majorité de nos compatriotes qui sont musulmans, pratiquants ou pas pratiquants, une foi individuelle spirituelle, ou ceux qui vont à la mosquée le vendredi, etc... Il y a une très grande diversité, et les groupes islamistes sont des minorités actives."

Pour l'auteur, les islamistes créent des écosystèmes autour de la salle de sport, de la mosquée...

Ce qui permet aux islamistes d'occuper des quartiers, "c'est précisément leur capacité à avoir des ressources, à être connectés à des lieux au Moyen-Orient, à prétendre dire la vérité sur l'islam, à exploiter donc toutes les ressources locales, à créer ce que j'ai appelé des écosystèmes autour de la salle de sport, de la mosquée, de la librairie islamique, de la sandwicherie halal, c'est d'essayer de contrôler déjà dans l'espace la population et, encore une fois, pour parler en son nom."

À lire aussi
Illustration de policiers allemands Allemagne
Allemagne : ce que l’on sait de l’interpellation des jihadistes présumés

Mais l'individu qui va chercher son sandwich n'est pas un islamiste désigné, le type qui va à la salle de sport y va parce que ça va lui faire du bien et, qui plus est, être croyant n'est pas contre les lois de la République. Cependant, pour Bernard Rougier : "Dans des lieux de socialisation, ces lieux-là vont être des lieux d'influence, des lieux de diffusion d'un certain discours ou de certaines pratiques en rupture avec la République, et en rupture avec le pacte républicain."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Islamisme Société Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants