2 min de lecture Société

Harcèlement : Sandrine Rousseau veut "transformer la parole" en "changement de la société"

DÉBAT - Sandrine Rousseau, présidente de l'association Parler, et Anne Rosencher, directrice déléguée de la rédaction de L'Express, reviennent sur la libération de la parole concernant le harcèlement sexuel.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Harcèlement sexuel : grand débat ou risque de guerre des sexes ? Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et La rédaction numérique de RTL

Depuis les révélations de l'affaire Weinstein, la parole s'est libérée. De nombreuses femmes, personnalités publiques ou anonymes, ont dénoncé des actes de harcèlement ou de violences sexuelles. La popularité du hashtag #BalanceTonPorc en a été, en France, le symbole.

Pour Sandrine Rousseau, présidente de l'association Parler, ce grand débat de société est salutaire. "Il y a eu une forme de prise de conscience, avec tout ce que ça génère comme violence. (...) Les hommes ont pris conscience de ce que les femmes pouvaient vivre. Je pense que ça a été salutaire", souligne l'ancienne porte-parole d'EELV qui vient de créer une adresse mail pour rassembler les victimes de violences sexuelles.

"Il faut quand même dire qu'il y a eu plein de retombées positives", abonde Anne Rosencher, directrice déléguée de la rédaction de L'Express. Elle salue le fait que cela ait "donné du courage" aux victimes de porter plainte et se réjouit du fait que "l'on réfléchisse collectivement à ces questions-là", que "des discussions" et des "mises au point" aient eu lieu. "Je trouve ça sain", dit la journaliste.

Des attentes supplémentaires

Les deux femmes ont toutefois quelques nuances à apporter. "Je ne dirais pas que ça va trop loin mais que tout a été mélangé", estime Anne Rosencher qui trouve nécessaire le besoin de "réfléchir à une problématisation" de tous les sujets en question : "On a ouvert, sous le coup de l'émotion, plein de dossiers qui méritaient chacun d'être ouverts, mais on les a mélangés. (...) Si vous considérez que le viol est la même chose que la drague au boulot, forcément vous allez amoindrir la question du viol ou de l'agression sexuelle, et vous allez un peu noyer le poisson".

À lire aussi
Marlène Schiappa à l'Élysée le 30 mai 2018 Violences conjugales
Féminicides : il y aura "réquisition des armes" dès le 1er dépôt de plainte, annonce Schiappa sur RTL

Sandrine Rousseau estime de son côté que "la question est de ne pas rester dans cette espèce de parole qui reste un peu en l'air et sur les réseaux". Elle espère qu'il y aura des suites concrètes, afin de "transformer" tout cela en "un changement dans la société pour que les femmes n'aient plus à avoir peur et à subir ça".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Harcèlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants