2 min de lecture Santé

Grève à l'hôpital Lariboisière : "Le soin doit continuer", estime un député LaREM

INVITÉS RTL - Pour Thomas Mesnier, député LaREM de Charente, l'utilisation de l'arrêt maladie dans un service d'urgence n'est pas "acceptable". Cet usage détourné est "révélateur d'une souffrance" estime de son côté la soignante Orianne Plumet.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Grève à l'hôpital Lariboisière : "Le soin doit continuer", estime un député LaREM Crédit Image : BORIS HORVAT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Thomas Pierre
Thomas Pierre et Yves Calvi

La situation dans nos urgences est plus en plus tendue. Près de 80 services d'urgences étaient en grève mardi 4 juin. Ces derniers jours, une recrudescence d'arrêt maladie chez les soignants a été observée, notamment à l'hôpital Lariboisière de Paris. Dans ce service, l'équipe de nuit des urgences, composée de onze infirmiers et trois aide-soignants, s'est mise en arrêt maladie dans la nuit de lundi à mardi

Une modalité d'action qualifiée de "dévoiement" par la ministre de la Santé Agnès Buzyn
"Le droit de grève est fondamental" rappelle sur RTL le député La République en Marche de Charente, et ancien médecin urgentiste, Thomas Mesnier. "En revanche, que des gens en arrivent à un palier supplémentaire avec l'utilisation de l'arrêt maladie de façon un peu détournée (...) ne me semble pas acceptable", estime-t-il. 

"Je sais toute la difficulté du quotidien avec des urgences qui sont de plus en plus sous tension, mais qui sont simplement le symptôme, le révélateur d'un système de santé à bout de souffle", dit-il le député LaREM. "Aujourd'hui, il y a une détresse qui s'exprime à laquelle il faut répondre", ajoute-t-il en rappelant le plan santé, discuté en ce moment au Sénat. Pour autant, "le soin doit continuer", affirme encore l'ancien urgentiste. 

Les arrêts maladie nécessaires pour se faire entendre ?

"Le fait d'en arriver à ce point-là, je pense que c'est surtout révélateur d'une souffrance", considère pour sa part Orianne Plumet, infirmière aux urgences de nuit de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et membre du collectif Inter-Urgences. "On parle là d'un hôpital (Lariboisière) qui est en grève depuis deux mois avec des soignants qui ne se font pas entendre", affirme-t-elle. "On sait très bien que la continuité des soins va se faire, que les collègues vont continuer à travailler", assure cette soignante.

À lire aussi
Des patisseries (illustration) bien-être
Bien-être : vous autoriser un écart gastronomique peut changer votre journée

Les causes de la crise sont connues. Le nombre de passage aux urgences a doublé en 20 ans. On estime à 20% le nombre de patients qui n'ont rien à y faire. "Les urgences pourraient seulement ne prendre en charge que les urgences vitales, on sait très bien que ce n'est pas le cas. Il y a des gens, parce qu'il y a effectivement des dysfonctionnements en amont ou en aval qui se retrouvent à venir consulter aux urgences. Ces gens-là, on va pas les mettre à la porte", estime Orianne Plumet. 

"Nous ce qu'on demande, c'est de pouvoir prendre en charge ces gens correctement," ajoute-t-elle. Le projet de réforme prévoit notamment que pour éviter l’attente aux urgences de l’hôpital, les patients seront d’avantage incités à consulter des médecins libéraux, appelée la médecine de ville

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Hôpitaux Urgences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants