2 min de lecture Religions

Grenoble : sept femmes se baignent en burkini pour "défendre la liberté"

Des membres de l'association Alliance citoyenne ont profité de la piscine municipale de Grenoble en burkini, dimanche 23 juin. Objectif : "défendre la liberté" des femmes.

Une femme se baignant en burkini en Tunisie
Une femme se baignant en burkini en Tunisie Crédit : FETHI BELAID / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin Journaliste

L'opération burkini organisée par le collectif Alliance citoyenne a créé la polémique ce week-end. Dimanche 23 juin, une petite dizaine de femmes se sont baignées avec ce maillot couvrant dans la piscine municipale Jean-Bron de Grenoble en burkini. Or, se baigner ainsi est strictement interdit, d'où l'intervention de la direction de l'établissement. 

Au total, ce sont sept femmes et une trentaine de bénévoles de l'association qui se sont donné rendez-vous à la piscine à 15h30, selon Le Dauphiné Libéré. Alors qu'une partie d'entre elles se sont jetées à l'eau entièrement couvertes, les vigiles sont intervenus pour les sortir du bassin. En effet, le burkini est totalement interdit par le règlement intérieur. 

Les membres du collectif estiment n'avoir enfreint aucune règle d'hygiène ou de sécurité. Elles ont expliqué agir pour défendre la "liberté de toutes les femmes", "sans aucune conviction religieuse". "Elles se sont baignées en maillot de bain couvrant, bravant à nouveau l'interdiction et poursuivant la campagne de désobéissance civile entamée en mai dernier pour les droits civiques des femmes musulmanes voilées", indique Alliance citoyenne sur Facebook

Des avis tranchés sur la question

Le groupe aurait été applaudi par les autres baigneurs qui n'auraient vu aucun inconvénient à leur présence, selon France 3. Le 17 mai dernier, la même opération avait été organisée dans la piscine Les Dauphins, à Grenoble. Alliance Citoyenne demande à la ville de prendre exemple sur Rennes qui autorise les maillots de bain couvrants dans ses piscines municipales. 

À lire aussi
Le drapeau de l'Algérie religions
Algérie : trois églises protestantes fermées par les autorités

Éric Ciotti a réagi ce lundi 24 mai sur Twitter. Il estime que "le burkini n'a pas sa place en France où la femme est l'égale de l'homme. Laisser faire ces activistes islamistes à Grenoble comme partout en France c'est renoncer à la République. Je ne l'accepterai jamais". Même avis pour Florian Philippot qui écrit également sur Twitter : "Sans même parler des problèmes d'hygiène, il faut réagir fermement face à ce coup de force islamiste. Où sont les autorités locales et nationales ??". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Religions Droits des femmes Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants