1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grand débat : à Caen, la colocation entre seniors leur redonne du pouvoir d'achat
1 min de lecture

Grand débat : à Caen, la colocation entre seniors leur redonne du pouvoir d'achat

Dans la région, il faut débourser près de 2.000 euros par mois en moyenne pour entrer en maison de retraite. Face à ces tarifs parfois inabordables, la mairie de Caen propose cette alternative.

En colocation, Éric et Marie-Thérèse jouent aux cartes presque tous les jours.
En colocation, Éric et Marie-Thérèse jouent aux cartes presque tous les jours.
Crédit : Gautier Delhon-Bugard
Gautier Delhon-Bugard - édité par Léa Stassinet

Le sort de nos seniors s’impose comme l’une des préoccupations majeures des Français. La question de la dépendance, des petites pensions, du pouvoir d’achat des aînés revient comme une litanie dans les cortèges des "gilets jaunes", les manifestations syndicales et les débats à travers le pays. 

En Normandie par exemple, il faut débourser près de 2.000 euros par mois en moyenne pour entrer en maison de retraite. Alors face à ces tarifs parfois inabordables, la mairie de Caen propose une alternative : la colocation seniors. L'initiative a deux objectifs, rompre avec la solitude et redonner du pouvoir d’achat aux retraités.

Ainsi Éric, 71 ans et Marie-Thérèse 68 ans, partagent un logement pour un loyer de 350 euros par mois. Cette grand-mère a vendu la maison familiale pour venir s’installer ici il y a deux ans. "C'est un gain inespéré, avec le loyer que je paie il me reste quand même 1.000 euros pour vivre. Là, je vais pouvoir me payer des petites voyages, enfin faire des tas de choses. C'est que du bonheur", confie-t-elle. 

Marie-Thérèse dans la cuisine de son appartement partagé, à Caen.
Marie-Thérèse dans la cuisine de son appartement partagé, à Caen.
Crédit : Gautier Delhon-Bugard

La municipalité promeut cette initiative. "Dans un appartement, vous amortissez une partie des charges. Donc c'est aussi en quelque sorte une manière de redonner du pouvoir d'achat à la personne", explique le maire Les Républicains Joël Bruneau. 

À écouter aussi

Au bout du couloir la troisième chambre de l'appartement reste cependant vide. Le concept ne séduit pas. Une "question de génération" selon les deux colocs. Éric et Marie Thérèse gardent cependant l'espoir qu'un nouveau compagnon vienne bientôt sonner à l’interphone.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire