1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - "La folie spéculative qui s’est emparée des droits de la chanson", explique Lenglet
3 min de lecture

ÉDITO - "La folie spéculative qui s’est emparée des droits de la chanson", explique Lenglet

Les droits musicaux des artistes se vendent à prix d'or sur le marché. Les majors se les arrachent depuis l'arrivée de l'écoute en streaming.

Une utilisatrice de Spotify (illustration)
Une utilisatrice de Spotify (illustration)
Crédit : Photo de cottonbro provenant de Pexels
Pourquoi le marché des droits musicaux voit ses prix flamber ?
00:03:47
Pourquoi le marché des droits musicaux voit ses prix flamber ?
00:03:47
François Lenglet - édité par Nicolas Barreiro

Quoi de mieux que quelques notes de Davis Bowie le matin, pour ramener dans les années 1970. Des notes, et des banknotes, comme on dit en anglais, des billets de banque. Car les héritiers de cette icône britannique de la pop viennent de céder les droits des chansons des 26 albums de l’artiste pour un peu plus de 200 millions d’euros. 

Vendus à la Warner, l’une des "majors", c’est-à-dire l’un des plus grands éditeurs de musique. Le mois dernier, c’est Bruce Springsteen qui avait cédé les droits de son demi-siècle de carrière pour 450 millions. Il suivait Taylor Swift, Paul Simon, Bob Dylan, les musiciens de Fletwood Mac, et David Guetta, l’artiste français le plus connu au monde, qui ont tous vendus les droits de leurs créations.

Deux explications pour comprendre ce qui leur prend. D’abord, l’épidémie a fait chuter le nombre de concerts et les dividendes appréciables qu’ils procurent. Les artistes cherchent donc des rémunérations de substitut. Et surtout la folie spéculative qui s’est emparée du marché des droits de la chanson. Les prix flambent. Les majors comme Warner ou le français Universal achètent les catalogues à prix d’or. Les majors, mais aussi les grands investisseurs internationaux, qui achetaient naguère de l’immobilier ou des centrales à gaz, et se ruent aujourd’hui pour acheter les valeurs sûres des hit parades. Il y a tellement d’argent sur les marchés financiers que tout est bon pour en faire encore davantage.

Un marché très prolifique

Le marché de la musique était pourtant sinistré depuis l’essor d’internet. Il y a vingt ans en effet, le piratage a commencé à apparaître et à faire fondre le business des éditeurs et des chanteurs. Internet a littéralement tué le CD. Le point bas a été atteint en 2014. 

À lire aussi

Mais depuis, le chiffre d’affaires remonte, il a même fait +20% l’année dernière, grâce à une invention toute simple : les abonnements au service musicaux de streaming, comme le suédois Spotify, l’américain Apple Music ou le petit français Deezer. Contre une dizaine d’euros par mois, vous pouvez écouter à peu près tout le catalogue mondial, sans limitation. Une formule simple et accessible, qui a redonné des moyens au secteur en faisant exploser la demande payante. 
 
Et ces services reversent des droits aux auteurs ou à leurs représentants. Sur votre abonnement streaming, les deux tiers sont reversés en droits, pour les auteurs, les interprètes et les éditeurs. Lesquels éditeurs ont beaucoup moins de frais que du temps du CD, puisqu’ils n’ont plus rien à fabriquer physiquement. Il leur faut repérer les talents, les lancer, et encaisser au péage. La mise en bourse toute récente d’Universal, propriété de Vivendi, qui appartient au français Vincent Bolloré, a fait un carton grâce à sa forte rentabilité.

Les titres qui marchent le mieux

Pour un éditeur, la moitié des revenus provient d’une dizaine de titres seulement, souvent récents. Mais il y a des surprises. Il y a peu, un Américain, un ancien SDF, s’est filmé en skateboard en buvant du jus de Cranberry et en chantant Dream, une chanson de Fleetwood Mac, une chanson qui ne date pas d’hier. Il a posté sa vidéo sur le réseau social Tik Tok, où elle a été vue plus d’un demi-milliard de fois. La chanson a été téléchargée 230 millions de fois sur les sites de streaming. Dans les semaines qui ont suivi, les musiciens retraités de Fleetwood Mac ont vendu leurs droits pour des dizaines de millions chacun.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct