1 min de lecture Coronavirus France

Fermeture des écoles : "Une des clés pour freiner l’épidémie", estime le Pr Amouyel

INVITÉ RTL - L’épidémiologiste Philippe Amouyel, professeur de Santé publique au CHU de Lille, propose néanmoins plusieurs pistes pour que les classes restent ouvertes.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Fermeture des écoles : "Une des clés pour freiner l'épidémie", estime le professeur Amouyel Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Maxime Magnier

Alors qu’Emmanuel Macron doit s’exprimer ce mercredi 31 mars au soir, et qu’une fermeture des écoles est sérieusement envisagée par l’exécutif, le professeur de Santé publique au CHU de Lille Philippe Amouyel, également épidémiologiste, juge, au micro de RTL, que la fermeture des écoles "va être une des clés pour freiner l’épidémie".

S’il se dit "toujours pour l’ouverture des écoles", il ajoute que dans les régions où le taux d’incidence est élevé, "l’école est une éponge, le reflet des contaminations". En revanche, aux endroits où la situation est moins inquiétante, "il faut mettre en place des mesures qui permettent de maintenir les écoles ouvertes [comme] vacciner les enseignants et le personnel." 

"À mon avis, on pourrait continuer la territorialisation", poursuit l’épidémiologiste. Pour ce faire, il estime qu’il faudrait "dépister les enfants, aérer les pièces, mettre en place des protocoles sur les cantines, sur les arrivées et les départs à l’école, vacciner les enseignants". 

"On ne va pas revenir tout de suite au monde d’avant"

Par ailleurs, le spécialiste affirme que, face à l’épidémie de Covid-19, "le point vraiment critique, c’est le week-end", soit le moment "où les gens ont envie de sortir". "Il faut le mettre en suspension pendant trois, quatre, cinq, ou même six semaines". Une autre manière "d’anticiper" serait, ajoute le professeur Amouyel, "d’avoir les autotests"

À lire aussi
hashtag
Hashtag et dièse : comment ne plus les confondre ?

Pour la suite, "on ne va pas revenir tout de suite au monde d’avant", prédit l’épidémiologiste. Pour autant, en termes de vaccination, "si on tient les objectifs du gouvernement", ce qui est "possible", "on peut arriver, mi-juillet, à un pourcentage de la population vaccinée qui permette de commencer à mettre en place des allègements".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus École
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants