2 min de lecture Polémique

Femme voilée au conseil régional : un "esclandre agressif et contre-productif", dit Polony

Un élu du Rassemblement national a demandé lors du Conseil régional, à une femme présente dans le public d'enlever son voile.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Femme voilée au conseil régional : un "esclandre agressif et contre-productif", dit Polony Crédit Image : Twitter/Julien Odoul | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Thomas Pierre

L'intervention d'un élu RN prenant à partie vendredi une mère voilée lors d'une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a relancé la querelle sur le voile, en particulier lors de l'accompagnement des sorties scolaires. Pourquoi la France voit-elle ressurgir ces polémiques en permanence ? 

Tout débat est légitime, mais dans ce cas, on est reparti à zéro. La polémique lancée par Julien Odoul est un cadeau magistral pour tous ceux qui essayent de nous dire qu'il y aurait une discrimination contre tous les musulmans en France, que les femmes voilées seraient stigmatisées. Car tout y est de fait : devant des enfants, dont son fils, façon humiliation publique.

En fait, c'est un esclandre agressif et contre-productif par excellence. Parce que, rappelons-le, les accompagnatrices de sorties scolaires ont pour l'instant le droit de porter un voile. Alors 66% des Français, selon l'Ifop, sont pour une interdiction, mais pour l'heure elle n'a pas court. 

En 2012, Luc Chatel, ministre de l'Education nationale, avait rédigé une circulaire interdisant les signes religieux pour les accompagnateurs de sorties scolaires, mais Najat Vallaud-Belkacem était revenue dessus. 

À lire aussi
L'Assemblée nationale antisémitisme
Antisémitisme et antisionisme : pourquoi une proposition LaREM fait polémique

Depuis qu'il est là, Jean-Michel Blanquer essaye de les interdire à nouveau, sans recourir à la loi pour ne pas crisper encore un peu plus, mais surtout il est contredit au sein même du gouvernement par Sibeth Ndiaye, la porte-parole, qui trouve que cela ne pose pas de problèmes.

Pourquoi ces désaccords gouvernementaux?

D'abord, parce que la laïcité est de moins en moins bien comprise dans sa conception philosophique. Beaucoup veulent la réduire à une dimension juridique, la neutralité du service public, avec l'idée que les parents seraient des usagers. 

Or, la République fait de l'école, non pas un service public, mais un lieu d'émancipation par le savoir, donc d'apprentissage de la liberté. Ce qui nécessite l'absence de tout affichage partisan. 

C'est pour cela que le voile est interdit pour les élèves. Mais il est un élément particulier. Seul un tiers des musulmanes le portent en France. Il relève d'une pratique de l'Islam qui estime qu'il faut se rendre visible. Donc, il est en lui-même un signe ostentatoire. 

Faut-il ou non interdire ?

En fait, le coup de com' de cet élu Rassemblement national, parce que c'en est un, nous montre une chose : le spectacle est la pire des réponses. Nous sommes confrontés à une visibilité de plus en plus grande de l'Islam dans l'espace public. 

Le pire est de voir une organisation de parents d'élèves, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE) qui autrefois défendait la laïcité, qui fait une campagne d'affichage pour promouvoir les accompagnatrices voilées. 

Mais la seule issue n'est pas du tout le spectacle, l'agressivité ou la stigmatisation, c'est en fait un combat culturel pour défendre la laïcité, l'universalisme, l'émancipation. Cela passe par l'éducation, la force de conviction, et certainement pas par les coup de com'.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Port du voile Rassemblement national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants