1. Accueil
  2. Sport
  3. Football
  4. Neymar : "On lèche, on lâche et on lynche. Et rebelote", dit Polony sur RTL
2 min de lecture

Neymar : "On lèche, on lâche et on lynche. Et rebelote", dit Polony sur RTL

ÉDITO - Ce lundi 23 septembre, Natacha Polony se penche sur le cas Neymar. Après un été compliqué, le Brésilien est presque redevenu, en l'espace de deux matches, la star adulée par ses supporters.

Neymar lors de OL/PSG, le 22 septembre 2019
Neymar lors de OL/PSG, le 22 septembre 2019
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Natacha Polony décrypte la réhabilitation médiatique de Neymar sur RTL
00:03:05
Natacha Polony décrypte la réhabilitation médiatique de Neymar sur RTL
00:03:05
micro générique
Natacha Polony - édité par Noé Blouin

Il a suffi d’un but face à Strasbourg, puis un ce week-end face à l’Olympique Lyonnais, pour que Neymar, la star du PSG, redevienne un dieu vivant après avoir passé un été à se faire conspuer. Les commentateurs sont un peu versatiles ou complètement hystériques ?

Il y a une semaine, L’Équipe titrait : "Neymar doit se racheter". Ce matin, c’est "Le pied de Ney", un double jeu de mot. Et puis, extase des commentateurs, articles dithyrambiques : dans Le Parisien on peut lire : "le génie frappe encore". On pourrait balayer en concluant que décidément, les journalistes, dans quelques domaines que ce soit, ont besoin d’en faire des tonnes, de sur-vendre, quitte à se renier le lendemain. Et puis, ils adorent voler au secours de la victoire et frapper celui qui est à terre. C’est la règle des 3L : on lèche, on lâche et on lynche. Et rebelote. On re-lèche, jusqu’à la prochaine.


En plus, pour le coup, on a eu un été un peu compliqué avec les Brésiliens. Il faut dire qu’entre Jair Bolsonaro qui insulte Brigitte Macron et Neymar qui explique que son plus beau souvenir de foot, c’est quand il était au Barça, la remontada à 6-1 contre le PSG, l’équipe, donc, qui le paie 3 millions par mois, on s’est dit qu’il y avait parfois un petit problème d’éducation au Brésil.

"Le plus beau but était une passe"

Mais c’est un classique du football, les supporters qui réagissent comme des amoureux déçus. Là, c’est plus que ça. J’ai lancé le sujet à Marianne, j’ai eu des débats enflammés. Avec réquisitoire, plaidoirie, morceau de bravoure et tous les registres du lyrisme, de la nostalgie, de l’analyse politique.

À écouter aussi


Je vous résume : il y a ceux qui disent : "on s’en cogne, de ce qu’il a fait cet été, de son transfert avorté, de ses déclarations lamentables. C’est un joueur de foot et on lui demande d’être excellent. Il l’est". Il y a, ensuite, ceux qui disent : "il est la caricature du foot contemporain : il n’a aucun sens de l’institution, et un club c’est une institution, on la respecte. Lui ne joue que pour lui-même, pour son profit immédiat". Enfin ceux qui disent : "c’est bien le PSG qui a induit ce travers. Neymar est à lui-même sa propre entreprise parce qu’un club comme le PSG transforme la ligue 1 en marché. Qui peut s’attacher à un club comme le PSG ? Ni les joueurs, ni les supporters".


n le sait, le foot est un spectacle qui brasse des millions. Mais alors, est-ce qu’il vaut mieux accepter un mec génial qui joue pour sa pomme et qui amplifie le phénomène ou un collectif, moins performant mais qui résiste à ce rouleau compresseur ? Il y a un livre que j’aime beaucoup sur le foot qui s’intitule : "Le plus beau but était une passe". Un titre qui rappelle que le foot se joue à plusieurs et n’est beau que pour ça.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire