1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ENQUÊTE RTL - La France va-t-elle manquer de paracétamol ?
3 min de lecture

ENQUÊTE RTL - La France va-t-elle manquer de paracétamol ?

Depuis ce jeudi 20 novembre, les pharmaciens sont priés de rationner les boîtes de paracétamol : pas plus de deux par personne, si on n'a pas d'ordonnance. L'objectif est éviter une pénurie cet hiver.

Du Doliprane (image d'illustration)
Du Doliprane (image d'illustration)
Crédit : AFP
ENQUÊTE RTL - La France va-t-elle manquer de paracétamol ?
00:03:54
Virginie Garin

Comment éviter une pénurie de paracétamol cet hiver ? Depuis ce jeudi 20 novembre, les pharmaciens sont obligés de rationner les boîtes de Doliprane, Dafalgan et autres Efferalgan. 

Les consignes des autorités sont précises : les pharmaciens ne doivent pas délivrer plus de deux boîtes par personne sauf si vous avez une ordonnance. Et encore, même avec une prescription, les pharmaciens peuvent vous demander pourquoi vous en avez besoin et limiter les boîtes. Enfin, les médecins sont priés de ne pas en prescrire si ce n'est pas urgent. Les autorités ont aussi interdit les exportations. Tout cela pour éviter des pénuries dans les rayons dans les semaines qui viennent.   

Pendant le coronavirus, le monde entier s'est soigné au Doliprane et autres paracétamol. C'est l'antidouleur le plus utilisé au monde. Donc il y a eu de grosses tensions sur le marché et déjà des restrictions. En France, en mars 2020, c'était une boîte par personne quand on n'avait pas de symptômes et deux quand on en avait. 

La pénurie évitée au plus fort de l'épidémie

Le contingentement a été efficace et il n'y a pas eu de pénurie. Cette année, avec les maladies de l'hiver qui reviennent en force, les pharmaciens ont donné l'alerte. Donc il faut à nouveau limiter notre consommation si on veut avoir du paracétamol tout l'hiver prévient l'ANSM, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

À lire aussi

En France, Sanofi fabrique le Doliprane, UPSA le Dafalgan ou l'Efferalgan, mais ils ont besoin pour ça d'acheter à l'étranger l'ingrédient principal, ce qu'on appelle la substance active, celle qui nous soigne. C'est le paracétamol. Les laboratoires l'importent d'Inde, des Etats-Unis et de Chine. Nous sommes à 100% dépendants de ces pays. Pendant le coronavirus, l'Inde a suspendu ses ventes. 

Emmanuel Macron veut relocaliser la production de paracétamol

Le Président de la République a promis pendant la Covid-19 de relocaliser la production de paracétamol. 200 millions vont être investis par l'Etat pour la recherche. Une usine devrait ouvrir l'an prochain à Roussillon en Isère, du laboratoire Seqens. RTL a essayé  de joindre hier ses représentants, avec insistance. Nous n'avons pas eu de réponse. Il est impossible de savoir à ce stade si les délais seront tenus ou pas. En attendant, Sanofi dit avoir quand même suffisamment de paracétamol pour faire son Doliprane dans son usine de Lisieux qui tourne 24h sur 24.

Comme pour la moutarde ou le tournesol, nous prenons conscience que nous sommes dépendants des importations aussi pour nos médicaments. La France était autosuffisante en médicaments encore en 1990. Et puis les laboratoires sont partis en Chine, en Inde car c'était moins cher. Ça fait 20 ans que des pharmacologues comme le Professeur Bernard Bégaud crient dans le désert. Aujourd'hui, 80% de nos médicaments dépendent de l'Asie : des substances actives, des blisters, et même des boîtes en carton. Cet été le gouvernement a obligé les laboratoires à faire des stocks de deux mois pour les médicaments d'intérêt thérapeutique majeur, donc vitaux pour les diabétiques, les personnes cardiaques. Deux mois, ce n'est pas beaucoup. Actuellement, il y a plus de 2.000 médicaments qui manquent régulièrement dans les pharmacies.

La surconsommation de médicaments coûte 10 milliards par an

Tout est possible, d'ailleurs l'Europe y réfléchit pour les plus stratégiques. Mais ça va coûter très cher. Si les laboratoires sont partis en Chine, c'est qu'ils produisent là-bas 3 ou 4 fois moins cher. On s'est habitué d'ailleurs à se soigner avec des boîtes de quelques euros... Donc si on relocalise, il va falloir changer nos rapports aux médicaments, car ils seront plus chers. Sans doute en consommer moins, la surconsommation en France coûte 10 milliards par an, selon le professeur Bégaud. Donc il recommande de redéployer cet argent vers les médicaments vraiment utiles.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.