1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Elle accuse les pompiers de viols : la justice veut requalifier l'affaire en "atteinte sexuelle"
2 min de lecture

Elle accuse les pompiers de viols : la justice veut requalifier l'affaire en "atteinte sexuelle"

Le parquet de Versailles a demandé qu'une affaire de viols soit requalifiée en atteinte sexuelle. L'accusatrice, âgée de 13 ans au moment des faits, dénonce un "mépris" dans une interview accordée au "Parisien".

L'accusatrice assure qu'elle n'était pas consentante.
L'accusatrice assure qu'elle n'était pas consentante.
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Arièle Bonte
Arièle Bonte

C'est une "aberration". Julie (ce prénom a été modifié), 23 ans, accuse plusieurs pompiers de l'avoir violée quand elle avait entre 13 et 15 ans. Le parquet de Versailles a demandé que cette affaire soit requalifiée en atteinte sexuelle, a-t-on appris à la fin du mois d'octobre. En cause ? "Le défaut de consentement […] apparaît insuffisamment caractérisé". Cette annonce a suscité de nombreuses réactions, notamment de la part d'associations de défense des enfants victimes de violences sexuelles.

En apprenant cette nouvelle, la plaignante parle de "honte" et de "mépris", et se confie pour la première fois à la presse, dans les colonnes du Parisien. Julie affirme que "non, à 13 ou 14 ans, on ne peut pas donner son consentement pour des rapports sexuels avec plusieurs personnes qui passent à la suite !", rapporte le quotidien.

L'accusatrice raconte ensuite son calvaire. Comment elle a noué une "amitié" avec un pompier, âgé de 20 ans, après une intervention. Il la violera sur son lit, dit-elle ensuite. "Un jour, alors que ma mère s’était absentée, il m’a posée sur le lit, s’est assis à califourchon sur moi et m’a violée. À partir de là, ma vie a basculé pour devenir un enfer…", raconte-t-elle au Parisien.

Non, je n’étais pas consentante !

Julie

D'autres viols, en réunion, se succéderont. "Ils connaissaient parfaitement mon âge et les traitements que je prenais. Non, je n’étais pas consentante !", martèle encore une fois Julie qui, à l'époque, était sous traitement. "J’étais un légume… Mon esprit se déconnectait, j’attendais juste qu’ils terminent", raconte-t-elle au quotidien. Dans la version des pompiers, ces derniers racontent une "fille facile" et demandeuse.

À écouter aussi

Dans cette affaire, c'est le juge d'instruction qui décidera si les deux hommes inculpés en premier lieu pour viol seront finalement jugés devant un tribunal correctionnel ou une cour d'assises. En cas de condamnation pour atteinte sexuelle, ils risques jusqu’à 7 ans de prison contre 20 pour viol aggravé. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire