2 min de lecture Justice

Loi Schiappa : une nouvelle affaire de viol sur mineure indigne les associations

ÉCLAIRAGE - Le parquet de Versailles a demandé qu'une affaire de viol soit requalifiée en atteinte sexuelle. Des associations s'en prennent alors à la loi Schiappa tandis que la décision du juge d'instruction se fait toujours attendre.

Marlène Schiappa à l'Élysée le 25 juillet 2018
Marlène Schiappa à l'Élysée le 25 juillet 2018 Crédit : Yann Bohac/SIPA
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Plusieurs associations ou personnalités dénoncent encore une fois l'inutilité de l'article 2 de la loi Schiappa, votée cet été. Le parquet de Versailles a en effet requis l'abandon des poursuites pour viol sur mineure visant deux pompiers et demandé leur renvoi devant le tribunal correctionnel pour atteinte sexuelle sur une adolescente de 14 ans (13 au début des faits), a-t-on appris lundi 22 octobre.

Le parquet a également demandé qu'un troisième pompier soit jugé pour atteinte sexuelle sur la jeune fille, plutôt que pour agression sexuelle, faute de pouvoir établir l'absence de consentement. Dans cette affaire, rapportée ici dans son intégralité par Challenges, il appartient désormais au juge d'instruction de décider si les deux hommes seront jugés devant un tribunal correctionnel ou une cour d'assises.

"S'il appartient au juge d'instruction de prendre la décision finale, ce réquisitoire est la première affaire médiatisée de déqualification requise d'un viol sur mineure depuis le vote de la loi sur les violences sexuelles et sexistes, dite Loi Schiappa, le 1er août dernier", dénonce la présidente de l'association MoiAussiAmnesie, Mié Kohiyama dans un appel à signer une pétition. Cette dernière demande à ce que les viols d'enfants soient jugés comme des crimes. 

À lire aussi
Marie Laguerre, étudiante de 22 ans, a été agressée dans Paris par un homme qui l'avait sifflée cyberharcèlement
Marie Laguerre va porter plainte pour harcèlement et menaces

Une loi n'ayant rien changé ?

Entrée en vigueur depuis le 6 août dernier, cette loi, dénoncée de toutes parts par les associations spécialisées dans la défense des victimes de violences sexuelles cet été, devait, selon Marlène Schiappa, mieux condamner les crimes sur mineurs et de moins de 15 ans. 

À la suite de cette nouvelle affaire, qui rappelle celle de Pontoise au début de l'année, le mouvement Nous Toutes accuse alors Marlène Schiappa et Nicole Belloubet d'avoir menti sur leur loi, peut-on lire dans un message publié sur Twitter le lundi 22 octobre.

"Comme on soupçonnait, la loi Schiappa n'a rien changé. Il faut absolument un seuil d'âge strict de non consentement", demande de son côté l'organisation Women's March Paris.

"Ce qui est odieux c'est l'inversion des rôles et le juge, le procureur qui questionnent le comportement de l'enfant et non celui des agresseurs. Jamais un enfant ne devrait être interrogé sur son "consentement" à un acte sexuel !", estime de son côté l'AIVI (l'association internationale des victimes de l'inceste). 

Un sentiment d'injustice

Dans des propos rapportés par la présidente de l'association MoiAussiAmnesie, Mié Kohiyama, également journaliste, la victime présumée a confié que la décision du parquet a suscité en elle "désespoir et sentiment d’injustice".

En 2016, les forces de l'ordre ont enregistré 19.700 plaintes de victimes mineures suite à des violences sexuelles, selon un rapport de l'observatoire de la protection de l'enfance, publié début 2018.

"La situation des violences sexuelles sur mineurs est gravissime en France. (...) L'impunité est quasi totale... Les victimes totalement ignorées, non protégées et non reconnues", estime Mié Kohiyama dont la pétition a été signée par plus de 5.000 personnes. Reste à savoir qu'elle décision prendra le juge d'instruction dans cette affaire. Les militantes et militants se tiennent prêts à réagir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Marlène Schiappa Faits divers
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795306275
Loi Schiappa : une nouvelle affaire de viol sur mineure indigne les associations
Loi Schiappa : une nouvelle affaire de viol sur mineure indigne les associations
ÉCLAIRAGE - Le parquet de Versailles a demandé qu'une affaire de viol soit requalifiée en atteinte sexuelle. Des associations s'en prennent alors à la loi Schiappa tandis que la décision du juge d'instruction se fait toujours attendre.
https://www.rtl.fr/girls/societe/loi-schiappa-une-nouvelle-affaire-de-viol-sur-mineure-indigne-les-associations-7795306275
2018-10-24 14:27:59
https://cdn-media.rtl.fr/cache/zPN3CYWzbIYPDgPCgzWsWA/330v220-2/online/image/2018/1024/7795308426_marlene-schiappa-a-l-elysee-le-25-juillet-2018.jpg