3 min de lecture Société

Ehpad : à quoi ressemblera l'établissement de demain ?

ÉCLAIRAGE - À dix jours de la remise du rapport de Dominique Libault sur l’autonomie et le grand âge au ministère de la Santé, tour d’horizon des pistes privilégiées.

>
Ehpad : à quoi ressemblera l'établissement de demain ? Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou Journaliste RTL

Le rapport très attendu de Dominique Libault, le président du Haut Conseil du financement de la protection sociale, devra faire la synthèse le 28 mars prochain, entre des mesures d’urgence dès 2019, et une transformation de long terme pour les personnes âgées et le secteur professionnel du grand âge.

Comment permettre aux personnes qui le souhaitent de vivre le plus longtemps possible à domicile ? Comment revaloriser les carrières des soignants au service des personnes âgées ? Où trouver l’argent nécessaire à une meilleure prise en charge ? 

Les fonds de la Cades (Caisse d’amortissement de la dette sociale) seraient une solution de long terme privilégiée, mais quid de l’urgence ? Dominique Libault devra enfin faire des propositions pour remettre les Ehpad au cœur de la société. 

Associer les plus jeunes

L’une des pistes qui ressort de la concertation sur le grand âge et qui retient l’attention de la mission Libault est symbolique : organiser tous les ans dans les écoles, une "journée de l’expérience". Le but serait de mettre en lien des enfants avec des personnes âgées avec des visite d’écoles par des résidents d’Ehpad ou inversement, des lettre d’écoliers à des établissements. Toutes les initiatives seraient bonne à prendre.

À lire aussi
Une femme testant différents parfums (illustration) cosmétiques
Parfums : des marques de luxe épinglées pour un risque cancérigène

Les rédacteurs du rapport réfléchissent également au moyen d’associer le Service national universel au grand-âge. À terme, donner de son temps dans un Ehpad pourrait faire partie des missions d’intérêt général prévues dans le futur Service national universel pour les jeunes de 16 à 18 ans. 

L’Ehpad, un lieu de vie comme les autres ?

Aujourd’hui, il existe en France 7.000 Ehpad publics comme privés qui prennent en charge 730.000 résidents. L’une des pistes qui devrait figurer dans le rapport Libault serait de rendre les frontières entre l’Ehpad et le reste de la société plus poreuses.

Le but serait de permettre à d’avantage de personnes de se rendre en Ehpad en développant l’ouverture de commerces au sein des établissements : des coiffeurs, des restaurants, etc où tout le monde pourrait se rendre, résident ou non. Cette initiative s’est développée près de Rouen dans la résidence Le Village des Aubépins à Maromme ; les habitants peuvent prendre rendez-vous au centre d’esthétique, au salon de coiffure hébergés à l’intérieur de la maison de retraite ; et se rendre au commerce de couture, ainsi qu’au café-restaurant.

Pour les Ehpad qui le souhaitent, davantage d’équipements pourraient être mis au service du public : salles de réunion, centres de formation, soirées théâtre ouvertes aux écoles et au grand public. Tout ce qui permettrait de faire venir des familles, des professionnels, pour faire de l’Ehpad un lieu de vie comme les autres. L’initiative est déjà expérimentée dans plusieurs départements et devrait être encouragée.

Enfin, en terme de lieu de vie, des logements intermédiaires comme les résidences services pourraient être une solution alternative privilégiée à l’Ehpad. Il s’agit de logements non médicalisés où peuvent vivre des personnes âgées relativement autonomes

L’Ehpad, des services à domicile et hors les murs

L’Ehpad lui-même, devrait être amené à augmenter son périmètre d’action. À l’avenir, les établissements pour personnes âgées pourraient devenir tout aussi bien lieu d’accueil de nuit, de jour et plus globalement une plate-forme de services.

Il y a autour des Ehpad énormément de personnes âgées en perte d’autonomie qui vivent dans leur logement individuel. Dès lors, ces personnes pourraient bénéficier - sans pour autant être résidents - de services tels que des téléconsultations dans les zones rurales, des tournées d’aides à domicile qui partiraient des établissements, des conseils pour les aidants, voire une prise en charge de quelques jours pour soulager les aidants.

En Nouvelle-Aquitaine, l’Agence Régionale de Santé expérimente ce principe des Ehpad nouvelle génération, ouverts sur les non-résidents, dans 10% des établissements. L’initiative est vue d’un bon œil par Dominique Libault et par le ministère de la Santé.

Des collaborations avec les crèches ?

Enfin, les Ehpad pourraient être plus souvent associés à une offre de petite-enfance. Les crèches intergénérationnelles sont encore peu nombreuses en France mais semblent convenir aux parents, aux professionnels, comme aux personnes âgées volontaires.

Le principe est d’implanter côte à côte, un Ehpad et une crèche. Les résidents qui le souhaitent peuvent ensuite se rendre régulièrement aux activités des tout-petits. Cette initiative existe par exemple, à Talant près de Dijon, où la crèche La Pouponnière et l’Ehpad Robert Grandjean géré par la Mutualité Française, sont associés depuis 2013. Seules quelques dizaines de collaborations de ce type existent aujourd'hui, mais pourraient être amenées à se développer suite à la future loi grand âge et autonomie

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Vieillesse Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants