2 min de lecture Société

Éducation nationale : 400 millions d’euros débloqués pour les enseignants

L’Assemblée nationale a voté le budget de l'Éducation nationale pour l’année 2021. 400 millions d’euros seront dédiés à la revalorisation des carrières des enseignants.

Une classe de primaire (illustration)
Une classe de primaire (illustration) Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Mercredi 28 octobre, l’Assemblée nationale a voté en première lecture le budget de l'Éducation nationale pour l’année 2021 : 400 millions d’euros ont été débloqués pour revaloriser notamment les revenus des enseignants en début de carrière.

Ce budget comprend une enveloppe pour financer des primes, notamment une prime d’attractivité (260 millions d'euros) pour les enseignants en début ou milieu de carrière. Ce plan de financement englobe également une prime informatique (178 millions d'euros) de 150 euros nets annuels pour chaque professeur. Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer avait précisé que cette hausse du budget représenterait environ 100 euros nets mensuels d'augmentation pour les enseignants au moment de leur titularisation.

Un "Grenelle de l'éducation" avait été lancé par le ministre le 22 octobre dernier. Objectif : ouvrir une vaste réflexion pendant trois mois sur les "modernisations de l'Éducation nationale" et une valorisation des rémunérations. De fait, en début de carrière, les salaires des enseignants français sont inférieurs de 7% à la moyenne des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 

À noter que les promesses de cette hausse budgétaire ont laissé les syndicats perplexes : ils ont souligné que l'enveloppe globale était insuffisante pour répondre au "déclassement salarial" de la profession.

Une hausse de 2 milliards d'euros

À lire aussi
Les locaux du 3919 de la Fédération Nationale Solidarité Femmes violences
Violences conjugales : où trouver de l'aide pendant le confinement ?

Au total, la mission budgétaire dédiée à "l'enseignement scolaire" bénéficie d'une hausse de près de 2 milliards d'euros de crédits de paiement entre 2020 et 2021 pour atteindre 75,9 milliards d'euros, la première place dans le budget de l'État.

Si les emplois restent stabilisés au sein du ministère, 1.800 postes sont supprimés au collège et au lycée, des suppressions dénoncées par la gauche qui a pointé du doigt un "affaiblissement du secondaire", selon les termes de la communiste Elsa Faucillon.

Dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus, les enjeux sanitaires pour les établissements scolaires ont par ailleurs été relevés tout au long du débat budgétaire, alors que le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi un reconfinement en vigueur dès le vendredi 30 octobre. Il a précisé que les écoles resteront ouvertes, contrairement au confinement du printemps dernier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Assemblée nationale Éducation nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants