1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. ÉDITO - Pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement en appelle aux entreprises
3 min de lecture

ÉDITO - Pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement en appelle aux entreprises

Le pouvoir d'achat sera clairement la grande priorité du nouveau gouvernement dans les prochaines semaines.

Bruno le Maire samedi 21 mai, lors de la passation de pouvoir entre Gabriel Attal et Olivier Dussopt
Bruno le Maire samedi 21 mai, lors de la passation de pouvoir entre Gabriel Attal et Olivier Dussopt
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
ÉDITO - Pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement en appelle aux entreprises
00:04:03
ÉDITO - Pour améliorer le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement en appelle aux entreprises
00:04:03
Martial You - édité par Théo Putavy

Un projet de loi sera présenté avant les élections législatives, a dit Olivia Grégoire, la nouvelle porte-parole du gouvernement. "On va mettre à profit les 3 semaines de réserve durant lesquelles les ministres ne peuvent plus parler pour ficeler ce texte qui sera voté avant l'été". Voilà ce qu'on dit dans les couloirs de Bercy. 

Cela vire à l'obsession du côté des Français et les prochaines semaines seront encore pires.
Prenons la seule journée de lundi pour bien comprendre. Je vais faire ressortir toutes les informations qui se sont éparpillées dans la journée et qui devraient nous alerter sur les mois qui viennent.

Première info : la semaine dernière, le litre de Sans Plomb 98 est repassé au-dessus des 2 euros, malgré la ristourne gouvernementale de 18 centimes. Les autres carburants n'en sont pas loin. Trois milliards évaporés. Les versements sur le Livret A ralentissent car l'épargne est plus difficile. Et la patronne du FMI annonce un coup de frein de l'économie cette année.

À lire aussi

Tout va dans le même sens : les prochains mois (l'été et surtout septembre) seront très difficiles pour le porte-monnaie des Français.

Bruno Le Maire déjà en discussions

Bruno Le Maire a reçu les partenaires sociaux à Bercy pour leur demander de mettre la main à la poche. L'État ne peut pas continuer à subventionner le plein de carburant, la facture de gaz et d'électricité et bientôt les courses au supermarché. Le gouvernement a déjà dépensé 26 milliards et on voit bien que ça n'empêche pas le prix de l'essence de remonter. Et les nouvelles mesures de cet été vont encore nous couter une dizaine de milliards.


On n'appelle plus cela le "quoi qu'il en coute" mais c'est le "quoi qu'il en shoote". On est accroc aux subventions publiques. Il faut donc que les entreprises fassent vraiment leur part du travail. Et pour l'instant, on n'est pas tout-à-fait au niveau. 

Mais le problème de Bruno Le Maire, c'est qu'il n'a aucun pouvoir sur les chefs d'entreprises pour leur imposer ces hausses de salaires. Il peut, en revanche, les inciter avec des mesures d'allègement de charges.

C'est ce que va faire le gouvernement avec son nouveau plan "pouvoir d'achat". D'abord, en amorçant une baisse de 7 milliards des impôts des productions pour que le "made in France" soit aussi compétitif que des pays comme l'Allemagne. Puis, en triplant la prime Macron. La CPME assure que la moitié des petites et moyennes entreprises l'ont versée depuis qu'elle est mise en place. L'organisation demande que le paiement de cette "triple prime" soit réglé en 3 fois pour lisser son coût. Pourquoi pas ? Enfin, en allégeant encore les charges sur les heures supplémentaires car beaucoup d'entreprises croulent sous les commandes mais n'arrivent pas à fournir faute de bras ou faute de matériaux. Allons-y ! Si les salariés en profitent.

L'État compense les hausses des prix

Pour faire face à la hausse des prix, il va sans doute falloir un meilleur partage des richesses. L'an dernier, la rémunération des patrons du CAC40 a été multipliée par deux. On a parlé de Carlos Tavares mais il n'est pas le seul.
 
On ne peut pas se contenter de regarder l'étude annuelle d'OXFAM et se dire que le monde fonctionne normalement quand vous avez un nouveau milliardaire, dans le monde, toutes les 30 heures. Mais qu'à peu près dans le même lapse de temps, vous avez aussi 1 million de pauvres en plus.

Alors, il y a une idée qui a du sens et qui mérite d'être poussée, le "dividende salarié", défendue par Thibault Lanxade et reprise par Emmanuel Macron : obliger les entreprises qui versent des dividendes à réserver une part des bénéfices à leurs salariés. Bien sûr ça ne concernera pas tous les travailleurs du pays, mais ce serait le début d'une redistribution.
On peut demander aux Français de travailler plus, mais ils peuvent aussi espérer gagner plus.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/