2 min de lecture Justice

Dîners clandestins : M6 maintient ses informations et conteste la défense de Chalençon

La rédaction de la chaîne continue d'enquêter sur la présence d'au moins un membre du gouvernement à l'un de ces dîners.

Le siège du groupe M6 à Neuilly-sur-Seine
Le siège du groupe M6 à Neuilly-sur-Seine Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Pierre-Jean Chalençon avance un "poisson d'avril" mais les journalistes de M6 restent droits dans leurs bottes. La Société des journalistes (SDJ) des JT de M6 a défendu mardi 6 avril 2021 le reportage sur des dîners clandestins qui a mis les réseaux sociaux en ébullition, alors que l'un de leurs organisateurs, le collectionneur fantasque Pierre-Jean Chalençon, accuse les reporters de la chaîne de l'avoir piégé.

Depuis la diffusion le 2 avril de ce reportage, le "représentant de Napoléon Ier sur Terre" comme il aime à se définir "se répand dans les médias et sur les réseaux sociaux", "accuse notre rédaction et nos JT de propager des calomnies" et "nous reproche une sorte de guet-apens, de coup monté", rapporte la SDJ, qui tient à réfuter ces propos.

"D'autres sources (que Pierre-Jean Chalençon) nous ont confirmé en off la présence d'au moins un membre du gouvernement à un de ces dîners", a assuré la SDJ des Journaux télévisés de M6, qui assure poursuivre ses propres investigations à ce sujet. "Comme c'est toujours le cas, le travail de nos journalistes a été effectué avec rigueur et dans le parfait respect des règles déontologiques", assure-t-elle, rejetant point par point les critiques du collectionneur.

Ce dernier assure que son témoignage diffusé dans le reportage, dans lequel il dit avoir dîné dans "des restaurants soi-disant clandestins avec un certain nombre de ministres", n'était en fait qu'"un énorme poisson d'avril". Le reportage a agité les réseaux sociaux durant le weekend, provoqué des réactions de la classe politique et entraîné l'ouverture d'une enquête. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a déclaré qu'à sa connaissance, aucun ministre ne participait à de tels dîners de luxe clandestins et il a pourfendu une rumeur qui "sape les fondements de la démocratie".

À lire aussi
déplacements
Coronavirus : Emmanuel Macron évoque une levée progressive des restrictions en mai

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a réagi au Grand Jury : "Il n'y a de passe-droit pour personne et je serais curieux que ce restaurateur donne le nom des ministres s'il est si bien informé que cela (...). Tous les ministres, sans exception, respectent la règle, aucun n'estime avoir droit à quelque passe-droit que ce soit", a-t-il insisté. 

D'après Marlène Schiappa, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a reçu une invitation à l'une de ces soirées. "Il y a effectivement eu une invitation et Gabriel Attal l'a refusée fermement", a-t-elle assuré sur franceinfo. Je veux défendre mon collègue Gabriel Attal parce que je ne veux pas le laisser calomnier. Ce que dit monsieur Chalançon, c'est : 'je suis très ami avec Gabriel Attal et bientôt je vais l'inviter'. Il ne dit absolument pas que Gabriel Attal est venu." D'après Marlène Schiappa, Gabriel Attal a évoqué les mesures sanitaires en place pour rejeter fermement l'invitation. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Médias People
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants