2 min de lecture Coronavirus

Déconfinement : "Quelle que soit la date, il y a un risque", dit le Pr. Yazdanpanah

INVITÉ RTL - Le Pr. Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat et membre du Conseil scientifique, juge qu'il y a un risque de deuxième vague, mais qu'il sera faible si on est prêt.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Déconfinement : "Quelle que soit la date, il y a un risque", dit le Pr. Yazdanpanah Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par Sarah Ugolini

"À un moment donné il faut déconfiner", estime au micro de RTL le Pr. Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat à Paris, ce vendredi 1er mai. Pour le membre du Conseil scientifique qui conseille le gouvernement, "quelle que soit la date de déconfinement, il y a un risque" de deuxième vague de l'épidémie de coronavirus après le 11 mai. 

"On va prendre un petit risque car au moment du déconfinement, il peut y avoir de nouveau la distanciation sociale qui peut être moins respectée", explique le médecin. Le Professeur, lui-même guéri de la maladie, estime qu'il "faut faire attention car ça peut repartir" si la population n'est pas très rigoureuse. Le médecin pense qu'"il est extrêmement important qu'il y ait un certain nombre de prérequis identifiés qui soient respectés". 

Parmi ces conditions indispensables à un déconfinement responsable, il y a selon lui "le fait qu'on fasse des tests au moindre symptôme, le fait qu'il y ait des masques et le fait qu'il y ait une distanciation sociale". C'est à ses yeux la base indispensable au déconfinement pour éviter que l'épidémie reparte de plus belle. 

Si on est prêt, le risque sera faible

Le Pr. Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat.
Partager la citation

Pour lui, il est essentiel que ces prérequis soient respectés pour procéder au déconfinement. Il juge que si ces conditions sont respectées, "on peut prendre ce risque-là, de déconfiner". Le médecin se dit conscient des problématiques économiques du pays et pense qu'"il faut réagir globalement". Le Pr. Yazdan Yazdanpanah estime que le déconfinement est une étape inévitable, puisqu'il n'y a pas encore de traitement. 

À lire aussi
Illustration d'un vaccin vaccin
Coronavirus : dernière phase de l'essai clinique d'un vaccin dès le 27 juillet

Concernant le risque d'une deuxième vague de l'épidémie, le médecin pense que "quelle que soit la date de déconfinement, il y a un risque", mais que "si on est prêt, il sera faible". Le médecin reste confiant car "l'hôpital nous a donné une leçon de solidarité et d'efficacité"

Le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Bichat juge que "personne ne pensait qu'on pouvait faire face de cette manière-là". Il salue également l'aide des cliniques et l'exemplarité de l'ensemble des acteurs du secteur médical dans cette crise sanitaire inédite : médecins, infirmiers comme administratifs.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants