1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Deauville : comment RTL a décroché 25 emplois en seulement 4 heures de recherches
2 min de lecture

Deauville : comment RTL a décroché 25 emplois en seulement 4 heures de recherches

REPORTAGE - Les commerçants ne reçoivent quasiment aucune candidature et se retrouvent contraints de revoir leurs exigences à la baisse.

Un magasin à la recherche de main d'œuvre
Un magasin à la recherche de main d'œuvre
Crédit : Pierre Herbulot / RTL
Deauville : comment RTL a décroché 25 emplois en seulement 4 heures de recherches
00:04:49
Pierre Herbulot & Charlène Slowik

À un mois des vacances d'été, les saisonniers manquent désespérément dans le Calvados. Pierre Herbulot, journaliste RTL, s'est glissé dans la peau d'un étudiant qui cherche un job pour les mois de juillet et août, sans aucune expérience et sans CV.

En plein cœur du centre-ville de Deauville, sur une grande artère commerçante, il se partage les boutiques, micro en poche, en compagnie de Jeanne Gerbault, journaliste de M6. Le constat est sans appel : sur 27 boutiques visitées, 25 postes lui ont été proposés. Le chiffre monte même à 34 postes avec Jeanne Gerbault. Parmi ces postes saisonniers, beaucoup se trouvent dans la restauration comme commis de cuisine, plongeurs, serveurs mais aussi chez les marchands de glaces, les hôtels ou les boutiques de prêt-à-porter. Une dizaine de recruteurs seulement ont émis des réserves quant au manque de qualification.

Il se trouve que les commerçants sont démunis car ils ne reçoivent quasiment aucune candidature. "On recherche deux contrats et effectivement, il n'y a pas de postulants", confie Amandine, gérant d'une boutique de vêtements pour femmes. Aujourd'hui, tous se retrouvent donc contraints de revoir leurs exigences à la baisse.

Le salaire et les conditions de travail n'attirent pas

Les stations balnéaires n'attirent pas car le problème reste celui du logement. Une chambre en ville coûterait une bonne partie du salaire de saisonnier. Les déplacements en voiture sont également très coûteux. Une étudiante habitant à Caen a estimé ce budget voiture à 400 euros par mois ce qui était beaucoup trop élevé pour elle.

À écouter aussi

Un autre frein à l'embauche est celui du salaire qui ne suit pas. Pour la plupart des postes proposés, la rémunération n'était qu'un SMIC, parfois à mi-temps. Seul le secteur de la restauration monte à près de 2000 euros brut par mois sans compter les pourboires. Pour la totalité des 34 postes trouvés, il fallait également travailler tard le soir et les week-ends.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/