1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coupe du monde 2022 : "participer ne signifie pas cautionner", justifie la FFF
2 min de lecture

Coupe du monde 2022 : "participer ne signifie pas cautionner", justifie la FFF

Face aux nombreuses critiques faites sur la tenue de la coupe du monde de football au Qatar, la FFF a réagi dans un communiqué et "déplore" une "campagne de stigmatisation".

Les joueurs de l'équipe de France de football, le 10 juin 2022, avec son maillot actuel
Les joueurs de l'équipe de France de football, le 10 juin 2022, avec son maillot actuel
Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Robinson Hollanders & AFP

À mesure que la coupe du monde de football au Qatar approche, les critiques sur le non-respect des droits de l'homme du pays hôte se multiplient. De nombreuses ONG ont critiqué la passivité de la Fédération française de football sur la question des travailleurs migrants au Qatar. "Participer ne signifie pas fermer les yeux et cautionner", a réagi la FFF. La question des droits des travailleurs migrants est régulièrement posée par des ONG depuis la sélection, en 2010, du Qatar comme hôte de la coupe du monde de football. 

L'équipe de France et la FFF n'auraient pas "attendu l'échéance prochaine de la Coupe du monde au Qatar pour défendre au quotidien, sur le terrain, et à leur niveau, les droits de l’homme, ainsi que d’autres causes essentielles", peut-on lire dans un communiqué. En 2021, un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) a conclu que 50 travailleurs auraient trouvé la mort et 500 auraient été blessés en 2020 sur les chantiers. L'OIT reconnaît que les chiffres sont sûrement plus élevés. 

Selon le communiqué, la FFF, dirigée par Noël Le Graët, aurait "mis en œuvre différentes mesures de vérifications concernant le respect des droits sociaux et l’application de conditions de travail respectueuses sur le camp de base de l’équipe de France" au Qatar. La Fédération "déplore" une "campagne de stigmatisation" à son encontre. "L'organisation de cette Coupe du monde a cependant permis des avancées sociales au Qatar que même certaines ONG reconnaissent, y compris Amnesty International. Même si la réalité du terrain n’est pas parfaite, ces progrès sont indéniables et positifs", affirme-t-il. 

"Silence assourdissant" des Bleus

"La FFF sort enfin de son silence sur la question des droits humains au Qatar !", a tout de suite réagi Amnesty International France dans un communiqué transmis à l'AFP. "Nous nous réjouissons que la FFF exerce son devoir de vigilance envers les prestataires de services avec lesquels elle sera en lien au Qatar", affirme Jean-Claude Samouiller, président d’Amnesty International France dans ce communiqué.

À écouter aussi


"Nous saluons le fait qu’elle rejoigne les fédérations d’ores et déjà engagées dans la défense des droits humains au Qatar qui souhaitent la mise en place d’un fonds d’indemnisation pour les travailleuses et travailleurs dont les droits ont été violés depuis 2010", ajoute-t-il. L'ONG avait pointé du doigt le "silence assourdissant" des Bleus "face aux milliers de travailleurs migrants décédés sur les chantiers qataris et aux milliers d'autres soumis au travail forcé".

D'un autre côté, l'ONG a souligné le fait que "les sponsors de l’équipe danoise ont décidé de supprimer leurs logos des maillots d'entraînement des joueurs pour les remplacer par un message favorable au respect des droits humains au Qatar".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire