1 min de lecture Hôpitaux

Coronavirus : un médecin lance un appel pour vacciner "rapidement les soignants"

INVITÉ RTL - Le Dr Jean-Marie Woehl, président de la commission médicale des hôpitaux civils de Colmar, demande à ce que l'acheminement des vaccins s'accélère au plus vite.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : un médecin lance un appel pour vacciner "rapidement les soignants" Crédit Image : Bryan R. Smith / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Boy
Olivier Boy édité par Gaétan Trillat

À peine 500 personnes en France ont reçu une dose du vaccin Pfizer/BioNTech, une semaine après le début de la campagne de vaccination. Cette lenteur irrite la communauté médicale qui demande un coup d'accélérateur, à l'image du Dr Jean-Marie Woehl, invité de RTL ce dimanche 3 janvier.

Le président de la commission médicale des hôpitaux civils de Colmar (Haut-Rhin) lance un appel : "On peut comprendre qu’il faut informer, s’assurer du consentement en particulier des plus âgés, des plus fragiles. Mais il y a une bonne partie des soignants déjà convaincus et prêts à recevoir le vaccin, il faut le faire rapidement pour enrayer la courbe de l’absentéisme à l'hôpital à cause des collègues atteints par la Covid-19", a-t-il déclaré.

À l'hôpital de Colmar, aucune dose n'a été livrée pour le moment car l'établissement ne fait pas partie "des 100 établissements pivots" concernés par la première étape de distribution. "La perspective pour nous est toujours celle du 18 janvier mais je crois qu’il y a une prise de conscience de l’urgence, j’espère que ça se traduira par une réelle accélération. (...) Il faut que les flux soient accélérés et étendus aux hôpitaux qui ne sont pas pivots." Son établissement dispose notamment d'un "congélateur à -80°C, libre et qui attend de recevoir les vaccins".

Jean-Marie Woehl rappelle qu'il y a urgence car déjà, le déconfinement a entraîné un regain des contaminations. "Nous avons rouvert des lits en réanimation pendant les congés de Noël, et maintenant nous craignons le pire pour les prochains jours, lorsque l'effet 'fêtes de fin d'année' va se faire sentir", a-t-il alerté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Médecins Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants