1 min de lecture Animaux

Coronavirus : un deuxième chat testé positif en France

Ce deuxième chat infecté par le Covid-19 en France a été identifié à Bordeaux. Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, moins d’une dizaine de cas ont été décrits dans le monde entier.

Un chat. (Photo d'illustration)
Un chat. (Photo d'illustration) Crédit : AFP / MICHAL CIZEK
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
et AFP

Dix jours après le recensement d'un premier cas positif sur le territoire, un deuxième chat a été testé positif au coronavirus en France. Comme le premier, il a probablement été infecté par ses propriétaires, a annoncé l'École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT) dans un communiqué, publié ce mardi 12 mai.

"Il s’agit du second cas rapporté en France d’infection naturelle d’un chat, après un premier cas identifié près de Paris le 2 mai dernier. Moins d’une dizaine de cas ont été décrits dans le monde jusqu’à maintenant", selon le communiqué. Ce "nouveau chat infecté par le virus SARS-CoV-2 a été identifié à Bordeaux" par l’ENVT. "Comme pour des cas précédemment identifiés dans le monde, le chat vivait avec des personnes fortement suspectes d’avoir contracté le Covid-19", souligne l'ENVT.

L'animal "était atteint de troubles respiratoires et a été examiné à plusieurs reprises par un vétérinaire praticien", explique l'ENVT, selon laquelle "la toux persistait malgré le traitement anti-infectieux et anti-inflammatoire". 

Les chats ne sont pas considérés comme un risque pour l'Homme

"La recherche de virus s’est avérée positive à partir d’un prélèvement naso-pharyngé (...) puis confirmé par un deuxième test", détaille l'école vétérinaire, alors que "les écouvillons rectaux de cet animal ont été testés négatifs". D’autres analyses sont en cours pour caractériser le virus. 

À lire aussi
La bactérie de la peste bubonique, photographiée le 15 janvier 2003 maladie
Mongolie : un adolescent meurt de la peste après avoir chassé et mangé une marmotte

Le communiqué précise que "les chats ne sont pas considérés comme des acteurs de la pandémie humaine" et que "l’infection du chat a toujours été décrite dans le sillage et comme la conséquence de l’infection humaine".

"Rien ne permet de suspecter que le chat représente un risque de contamination pour l’Homme" ajoute-t-il également. "Ce deuxième cas décrit en France d’infection du chat, ne change pas cette analyse scientifique", conclut l'ENVT.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Animaux Coronavirus Virus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants