1 min de lecture Tourisme

Coronavirus : "On va être très nombreux à mourir", s'inquiète un hôtelier

Les professionnels du tourisme, dont l'activité ne pourra pas reprendre le 11 mai, sont "catastrophés" à l'idée de devoir cesser leur activité.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : "On va être très nombreux à mourir", s'inquiète un hôtelier Crédit Image : AFP / Archives, Sylvain Thomas | Crédit Média : Hugo Amelin | Durée : | Date : La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin édité par Ryad Ouslimani

Emmanuel Macron a annoncé lundi 13 avril que les lieux rassemblant du public comme les restaurants ou les boites de nuit ne seraient pas encore ouverts le 11 mai. Il a même indiqué que les rassemblements de personnes seraient interdits jusqu’au 15 juillet minimum. Dans la foulée, le Festival d’Avignon a été annulé, lui qui accueille chaque année quelque 700.000 personnes.
 
Plus globalement en Provence, cette nouvelle accable les professionnels du tourisme. "Je suis catastrophé par la date qui a été repoussée au 11 mai", confie pour RTL Patrice Mounier, président du syndicat des restaurateurs et des hôteliers du Vaucluse. Il pointe ainsi deux mois de confinement et des charges qui continuent néanmoins à courir.
 
"Je pense qu’on va être très nombreux à mourir dans les mois qui suivront la réouverture", assure-t-il. La seule lueur d’espoir réside dans l’exonération de charges, qu’Emmanuel Macron a évoquée. "C’est un mot que tous les restaurateurs, hôteliers, cafetiers ont entendu", indique Patrice Mounier. Pour lui, si le secteur est exonéré de charges à la réouverture, ce serait "le seul moyen de ne pas mourir dès le mois de septembre".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tourisme Coronavirus Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants