2 min de lecture Réseaux sociaux

Coronavirus en France : non, les hôpitaux ne sont pas tous saturés

DÉCRYPTAGE - Par SMS ou sur les réseaux sociaux, de nombreuses "fake news" ciblent les hôpitaux et les soignants pour les discréditer.

>
Coronavirus : hôpitaux et soignants, cibles récurrentes de "fake news" Crédit Image : iStock Editorial / Getty Images Plus | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date :
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Charles Deluermoz

"Attention au pic épidémique ce week-end, ne venez pas aux urgences, nous ne pouvons plus accueillir personne", signé le CHU de Lille. Ou ce tweet signé "Info Samu de Brest" avec ce texte : "Nous ne sommes plus en capacité d’effectuer le comptage tant le nombre de cas de personnes infectées explose". Cela vous dit quelque chose ? Vous avez vu passer ces messages sur internet ? Terribles sont ces hôpitaux en souffrance qui n’ont que les réseaux sociaux pour crier... Sauf que tout cela est faux.

En effet, le Samu de Brest a démenti cette rumeur. Même chose à Lille où le CHU a expliqué que cela ne venait pas du Samu du nord. Ces "fake news" sont insupportables car elles touchent ceux qui nous soignent, la fameuse première ligne. Mais ont-ils vraiment le temps de contrer ces intox ? Pourtant il le faut car, parmi les villes citées, Lille et Brest, nous retrouvons également Toulouse et des villes un peu moins en tension que dans l’Est du pays. Donc le but de ces messages est de créer une panique, un climat d’anxiété supplémentaire, avec toujours la même rhétorique : on vous cache des choses.

Le personnel soignant également visé

Nous retrouvons aussi des messages complotistes qui cherchent à discréditer le personnel soignant. Comme celui-ci, partagé des milliers de fois sur Facebook ou par SMS, signé Claire Magne, une "amie infirmière". Vous ne la connaissez pas ? Pourtant, elle est bien renseignée. Elle explique : "Je viens d'avoir un ami médecin régulateur au Samu, il m'a appelée pour me supplier de faire passer l'info : on ne sort plus de chez soi", signé CHU de Montpellier ou de Toulouse. Un message qui a été immédiatement démenti par les centres hospitaliers concernés.

Les hôpitaux sont également concernés par le retour récurrent de "fake news", comme un cauchemar permanent. Ainsi, au CHU de Nantes, en pleine crise épidémique, c’est la rumeur d’une petite fille à la recherche de dons pour faire face à une terrible leucémie qui a refait surface. Depuis quinze ans, cette fake news traine sur les réseaux sociaux et revient au pire moment. France 3 qui a repéré le retour de cette rumeur explique que le personnel hospitalier est fatigué et que, non, ni les hôpitaux de Nantes, ni d’Angers n’ont lancé d’appel pour cette petite fille qui n’existe pas.

À lire aussi
Un enfant faisant ses devoir pendant le confinement en France coronavirus
Confinement : les ressources pédagogiques et ludiques pour occuper vos enfants

Mais alors pourquoi s'en prendre à eux ? Car ce sont eux qui sont au devant des combats. Ils savent des choses et, forcément, ils ne veulent pas nous le dire. Comme, par hasard, où ils cachent les corps… Obsédés du complot mais aussi pour s’amuser à faire paniquer, le plaisir de maîtriser la peur pour que nous ne soyons plus tranquilles, cela plaît à certains. Il ne faut jamais sous-estimer la capacité de bêtises, et cela, c’est loin d’être une "fake news".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Santé Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants