1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : le protocole dans les écoles peut-il tenir ?
2 min de lecture

Coronavirus : le protocole dans les écoles peut-il tenir ?

Avec la cinquième vague, le protocole dans les écoles a été modifié, mais certains scientifiques estiment qu'il est encore trop "risqué".

La rentrée scolaire aura bien lieu le 3 janvier
La rentrée scolaire aura bien lieu le 3 janvier
Crédit : Idriss Bigou-Gilles / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Coronavirus : le protocole dans les écoles peut-il tenir ?
02:08
Marie Guerrier - édité par Thibault Nadal

Depuis les annonces d'Olivier Véran, le protocole dans les classes a changé. Les fermetures de classe en école primaire, au moindre cas positif ne sont plus systématiques. Désormais, tous les élèves sont testés. Ce dispositif suscite la polémique parce que l'épidémie fait débat chez les écoliers. 

Le taux d'incidence chez les enfants est de 560 pour 100.000 habitants, soit un enfant sur 200. C'est deux fois plus que chez les adultes. Mais la situation des 6-10 ans est très disparate d'un département à l'autre. En Corrèze, c'est 100 pour 100.000, et ça grimpe à 1.345 dans l'Ardèche le département voisin, qui est le plus touché de France suivi de près par les Hautes-Pyrénées. En Seine-Saint-Denis, on est à 328 pour 100.000 et de l'autre côté du périphérique à Paris, le taux est de 800 chez les 6-10 ans. 

Mais le ministère de l'Éducation défend son protocole malgré la forte explosion du nombre de cas pour deux raisons : les élèves testés négatifs peuvent toujours aller à l'école, c'est moins de jours de classes perdus. Et la nouvelle règle doit permettre un meilleur dépistage. Auparavant quand la classe fermait sept jours, il était conseillé aux parents de faire tester les enfants, mais il n'y avait pas d'obligation, on ne leur demandait rien lors de leur retour en classe, donc des cas asymptomatique ont été oubliés. Désormais, on teste pour continuer à aller l'école, donc ça peut révéler des cas dans la famille

Des autotests distribués dans les classes de sixième

Mais certains scientifiques jugent ce protocole risqué, car un enfant peut être négatif à l'instant T et aller à l'école, mais être positif le surlendemain. Il faudrait un autre test obligatoire, sept jours après le dernier contact avec le camarade malade. Dans le protocole de l'Éducation nationale, ce test au septième jour est seulement préconisé. Les scientifiques s'accordent pour dire que le mieux serait un dépistage systématique et hebdomadaire.  

À écouter aussi

C'est l'idée d'ailleurs en sixième avec la distribution à partir de cette semaine des autotests à faire à la maison, une ou deux fois dans la semaine, mais là encore c'est une incitation, pas une obligation. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/