1 min de lecture Société

Coronavirus : la préfecture du Bas-Rhin doit revoir sa copie sur les masques

La justice demande à la préfecture du Bas-Rhin de réécrire son arrêté sur le port du masque obligatoire. Ce dernier a été jugé trop disproportionné compte tenu des risques actuels.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : la préfecture du Bas-Rhin doit revoir sa copie sur les masques Crédit Image : FREDERICK FLORIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Yannick Olland
édité par Marie Gingault

Moins d'une semaine après sa généralisation à Strasbourg et dans plusieurs villes du Bas-Rhin, le port du masque obligatoire est remis en cause. La préfecture a même jusqu'à lundi 7 septembre pour revoir sa copie. 

Pour la justice, cet arrêté préfectoral est disproportionné. Le port du masque, obligatoire, dans toutes les communes de plus de 10.000 habitants du Bas-Rhin, 24 heures sur 24, même au milieu de la nuit, c'est exagéré. Cet arrêté préfectoral qui avait déjà fait grincé des dents les élus lors de sa mise en place, a finalement été contesté devant le tribunal administratif par deux habitants du Bas-Rhin. Ces derniers estiment que leur liberté d'aller et venir était menacée et la justice leur a donné raison.

"C'est un arrêté qui ne correspond pas à la loi de déconfinement puisque les préfets doivent prendre des mesures proportionnées aux risques", témoigne leur avocat Marc Jantkowiak. Selon lui, "Il est trop disproportionné d'imposer à toute la population de porter, en permanence, un masque sur ces 13 communes puisque ce n'est pas nécessaire". 

"Ce qui est sanctionné c'est pas le fait d'obliger les gens à porter le masque dans la rue, mais ce qui est sanctionné par le tribunal c'est le caractère général de l'obligation de port de masque, général et absolu, à toute heure du jour ou de la nuit", précise l'avocat.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : les règles de quarantaine renforcées pour certains voyageurs

La justice demande donc à la préfecture de réécrire son arrêté, par exemple, en le limitant à certains horaires, ou à certaines zones très denses, très fréquentées, comme le centre-ville de Strasbourg ou des secteurs touristiques comme Obernai. La préfecture a jusqu'à lundi pour s'exécuter, en attendant, son arrêté reste valable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Risque sanitaire Mesure
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants