3 min de lecture Livraisons

Coronavirus et confinement : comment s'organisent les livraisons à domicile ?

Afin d'éviter la propagation du coronavirus en France, le pays est soumis à un confinement d'au moins 15 jours. Pourtant, les livreurs à domicile continuent de travailler.

Des livreurs Deliveroo lors d'une manifestation à Paris, le 27 août 2017
Des livreurs Deliveroo lors d'une manifestation à Paris, le 27 août 2017 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini

UberEats, Deliveroo ou Frichti... Les Français confinés peuvent pourtant toujours se faire livrer leurs repas. En effet, vous avez peut-être reçu un mail d'une de ces plateformes de livraison vous assurant qu'elles continueraient de vous livrer durant la période de confinement.  

Alors que les restaurants sont fermés depuis ce samedi 14 mars à minuit, ils sont toutefois toujours autorisés à maintenir leur activité en cas de vente à emporter ou de livraison de leurs produits, tant qu'ils ne sont pas en contact avec le public. C'est ce que prévoit l'arrêté pris par Olivier Véran, dressant la liste officielle des établissements concernés par la fermeture des "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays".

Dans le guide des précautions sanitaires disponible sur le portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publics également, il est précisé que la livraison à domicile est autorisée "pourvu qu'elle se fasse sans contact".  Ainsi, restaurants, livreurs et clients doivent s'organiser pour que personne ne se croise. Une "zone de récupération des repas doit être aménagée par le restaurant", où le livreur dépose son sac. Le personnel y met directement le repas et le livreur le récupère ensuite et le dépose devant le client, sonne et s'en va. 

Création d'un fonds de soutien aux livreurs contaminés ou en quarantaine par Deliveroo

"J’ai échangé avec les plateformes de livraison de repas à domicile pour systématiser la livraison sans contact. Afin de protéger les livreurs et les clients, nous mettons en place des protocoles pour qu'il n'y ait aucun contact direct", a notamment tweeté Cédric O, secrétaire d'État chargé du numérique.

À lire aussi
Près de 200 personnes se sont rassemblées ce lundi 8 juin à Paris pour demander à l'entreprise Frichti de permettre aux livreurs sans papiers qui ont travaillé pour elle d'obtenir leur régularisation. manifestations
Paris : des livreurs sans papiers employés par Frichti demandent leur régularisation

Un application de gestes barrière recommandée par les plateformes de livraison. Frichti a par exemple renforcé les règles sanitaires dans ses cuisines avec des ports de charlottes, surchaussures, un lavage des mains toutes les 30 minutes et des désinfections régulières des poignées de portes

Deliveroo a en outre annoncé, ce mardi 17 mars, la création d'un fonds de soutien aux livreurs "pour nous assurer que les livreurs qui travaillent régulièrement avec Deliveroo et qui ont contracté le virus, ou ont été mis en quarantaine par une autorité médicale, puissent bénéficier d'un soutien financier".

UberEats a également assuré "une indemnisation pendant une période pouvant aller jusqu'à 14 jours" pour tout livreur "diagnostiqué avec le COVID-19 ou placé en quarantaine individuelle par une autorité de santé publique". 

Les livraisons continuent d'être autorisées - exposant ainsi les coursiers - alors que nous ne livrons ni organes vitaux, ni sang. Simplement des pizzas et des burgers

Jérôme Pimot, cofondateur et porte-parole du Clap dans La Tribune.
Partager la citation

Des mesures qui ne suffisent pas à protéger les livreurs pour le Clap (Collectif de livreurs autonomes parisiens), qui estime que la décision de maintenir l'activité des plateformes de livraison est incompréhensible. "C'est paradoxal ! Depuis la semaine dernière, le gouvernement appelle tous les citoyens à rester chez eux, de nombreux secteurs d'activités sont à l'arrêt...", liste Jérôme Pimot, cofondateur et porte-parole du Clap. 

"Pour autant, les livraisons continuent d'être autorisées - exposant ainsi les coursiers - alors que nous ne livrons ni organes vitaux, ni sang. Simplement des pizzas et des burgers, dont les clients pourraient se passer", s'insurge-t-il dans La Tribune.

Une équipe dédiée à aider les personnes âgées

Malgré tout, la plateforme de livraison de repas à domicile Frichti tente de faire preuve de solidarité en période de confinement. Dans un mail envoyé à ses clients, elle annonce la création d'un service de solidarité envers les plus fragiles. En effet, puisque "les personnes âgées de 70 ans et plus, les personnes malades ou en situation de handicap ont particulièrement exposées en les servant en priorité", Frichti a créé "une équipe dédiée à les aider avec un numéro de téléphone pour les accompagner dans leurs commandes". Ils leurs "offrent même la livraison" pour faciliter leur distanciation sociale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Livraisons Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants