1 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : énorme flop pour l'opération vaccination à Nice ce week-end

Le premier week-end de vaccination des personnels prioritaires de plus de 55 ans a été un échec dans les Alpes-Maritimes. 58 personnes se sont présentées pour 4.000 doses d'Astra Zeneca prévues.

Le centre de vaccination départemental de Nice a dû fermer ses portes samedi 17 avril en milieu de journée, la faute au manque de candidats
Le centre de vaccination départemental de Nice a dû fermer ses portes samedi 17 avril en milieu de journée, la faute au manque de candidats Crédit : VALERY HACHE / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

Une fois de plus c'est un flop. Le centre de vaccination départemental de Nice a fermé ses portes samedi 17 avril à la mi-journée, faute de candidats, alors qu'il devait rester ouvert tout le week-end. Seules 58 personnes se sont présentées pour se faire vacciner pour 4.000 doses d'AstraZeneca disponibles. 

Ce premier week-end devait pourtant marquer une nouvelle étape importante dans la stratégie de vaccination nationale avec l'ouverture de créneaux pour les personnels prioritaires de plus de 55 ans, notamment les enseignants et les policiers. 


La préfecture précise toutefois que cette opération est appelée à se poursuivre dans les deux semaines qui viennent pour les éventuels candidats qui se présenteraient. Elle souligne que la population éligible est, dans les Alpes-Maritimes, "relativement réduite" avec 3.000 enseignants âgés de 55 ans et plus. Par ailleurs, un certain nombre ont déjà été vaccinés, notamment à Nice où la mairie indique avoir "quasiment terminé" la vaccination des enseignants de la ville qui sont actuellement en vacances.

Un scénario qui se répète à chaque fois

Est-ce à cause des vacances, de la défiance vis-à-vis du vaccin AstraZeneca qui a causé plusieurs cas de thromboses en France et au Royaume-Uni, dont certaines mortelles ? Une chose est sûre, le vaccin peine à trouver des volontaires. Chaque week-end, des scénarios similaires sont observés aux quatre coins de la France. Début avril, les centres de vaccination de Calais, Gravelines et Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), étaient désespérément vides, au grand dam des élus locaux.
Jeudi 15 avril, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé l'ouverture durant le week-end de créneaux dédiés aux professeurs des écoles, collèges et lycées, professionnels de la petite enfance, policiers et gendarmes, surveillants pénitentiaires, agents spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et les AESH (accompagnants d'enfants en situation de handicap). Environ 400.000 personnes peuvent prétendre recevoir des injections du vaccin AstraZeneca ou bien de Pfizer ou Moderna.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Alpes-Maritimes Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants