1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : "C'est le virus qui impose sa loi", pas le gouvernement, souligne Roquette
1 min de lecture

Coronavirus : "C'est le virus qui impose sa loi", pas le gouvernement, souligne Roquette

INVITÉS RTL - "Ce n'est pas le gouvernement qui joue avec nos nerfs, c'est le virus", assure Guillaume Roquette, directeur de la rédaction du Figaro Magazine, invité au côté d'Eve Roger du Parisien.

Guillaume Roquette le 26 février 2021
Guillaume Roquette le 26 février 2021
Crédit : RTL
Coronavirus : "C'est le virus qui impose sa loi", pas le gouvernement, souligne Guillaume Roquette
10:29
Coronavirus : "C'est le virus qui impose sa loi", pas le gouvernement, souligne Guillaume Roquette
10:29
Yves Calvi

Stratégie du "stop and go" et pas d'échéancier concret, le gouvernement joue-t-il avec nos nerfs ? La gestion de la crise est de plus en plus critiquée et notamment les alternances entre liberté, couvre-feu et confinement. 

Une stratégie que comprend la directrice adjointe de la rédaction du Parisien, Eve Roger. "Je ne pense pas que ce soit l'objectif du gouvernement" de jouer avec nos nerfs, "au contraire le gouvernement essaie d'améliorer notre santé psychique en faisant ça, c'est-à-dire qu'il essaie de trouver une petite part de liberté, une petite part de vie", souligne-t-elle. 

Des propos auxquels s'accorde Guillaume Roquette, le directeur de la rédaction du Figaro Magazine. "Ce n'est pas le gouvernement qui joue avec nos nerfs, c'est le virus. C'est pas de la faute de ce pauvre Monsieur Castex si ce virus mute sans arrêt pour être de plus en plus méchant ou s'il y a 100.000 habitants de la Moselle qui traverse la frontière tous les jours pour aller travailler". "C'est le virus qui impose sa loi, qui est celle de la pandémie", ajoute le journaliste. 

"Même les médecins, qui sont des spécialistes, ne sont pas d'accord entre eux, donc ce n'est pas simple pour le gouvernement. Je pense que les gens sont fatigués, ils comprennent de moins en moins ce qu'il se passe, mais ils n'oublient pas quand même qu'on a gagné un mois", rappelle le directeur de la rédaction du Figaro Magazine. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/