2 min de lecture Santé

Confinement : pourquoi certains bravent-ils les interdictions ?

ÉCLAIRAGE - Le monde est-il coupé en deux, entre les gens sérieux qui s'enferment par souci du bien commun, et les égoïstes qui ne pensent qu'à leur propre plaisir ? Des spécialistes répondent.

Le marché d'Aligre dans le XIIe arrondissement de Paris noir de monde le dimanche 15 mars 2020.
Le marché d'Aligre dans le XIIe arrondissement de Paris noir de monde le dimanche 15 mars 2020. Crédit : Twitter / @CamSls
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

Des foules sur les marchés et un chef d'État qui doit faire la morale aux Français : face au coronavirus, le confinement général peine à s'imposer. À cheval entre économie et psychologie, des spécialistes éclairent sur ces comportements irrationnels et comment les décourager.

Trop de Français prennent "à la légère" le confinement, estimait cette semaine Emmanuel Macron, alors que ses compatriotes doivent rester au maximum chez eux depuis le mardi 17 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus

Juste avant l'annonce des mesures, les réseaux sociaux relayaient déjà des images de foules au soleil dans les parcs parisiens. Même l'Italie, premier pays européen à avoir imposé des mesures strictes et généralisées, envisage désormais des mesures encore plus restrictives.

Une grande majorité d'indécis

Il y a un ventre mou d'indécis qui est généralement majoritaire dans ce type de situation, répond Angela Sutan, professeure d'économie comportementale à la Burgundy School of Business, école française de commerce.

À lire aussi
Le professeur Raoult à Marseille, le 26 février 2020. coronavirus
Coronavirus : la rencontre Macron-Raoult est "un symbole politique", selon le Dr Kierzek

"Le problème, c'est que ces gens sont à la fois les plus importants et les plus dangereux", explique-t-elle à l'AFP. "S'ils perçoivent que les autres ne coopèrent pas, ils ne coopèrent plus". Ses conclusions se basent sur des recherches en économie comportementale. 

Cette discipline, à la frontière entre économie et psychologie, cherche notamment à expliquer pourquoi émergent des comportements irrationnels d'un pur point de vue économique.

Trois types de comportements distincts, selon une étude

L'un de ses grands noms, l'Autrichien Ernst Fehr, a mené une étude au début des années 2000 qui montre, certes à partir d'un panel réduit d'une quarantaine de personnes, comment se partagent les attitudes. Un quart de l'échantillon contribue à l'intérêt général, quoi qu'il arrive. Un autre quart ne pense qu'à soi. 

Reste toute une moitié, les fameux "contributeurs conditionnels", qui attendent de voir comment se comporte la majorité. Dans ce contexte, les réseaux sociaux ont "tendance à montrer trop de mauvais exemples, ce qui donne l'impression qu'il n'y a que des passagers clandestins", regrette Mme Sutan.

Mais ils peuvent avoir aussi un effet bénéfique en permettant aux mécontents de diffuser une vaste désapprobation sociale qui va pousser les plus égoïstes à revoir les coûts et les bénéfices de leur attitude, conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Psychologie Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants