1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : non, 40% des professeurs ne sont pas absents
3 min de lecture

Coronavirus : non, 40% des professeurs ne sont pas absents

FACT CHECKING - Largement évoqué dans la presse ou sur les réseaux sociaux, le chiffre de 40% de professeurs absents a vivement fait réagir le corps professoral. Selon un syndicat d'enseignants, le nombre réel d'absents est de 5% seulement, et les raisons de leur absentéisme, multiples.

Le salaire des professeurs qui débutent ne devrait pas être en dessous de 2000 euros net par mois à partir de 2024
Le salaire des professeurs qui débutent ne devrait pas être en dessous de 2000 euros net par mois à partir de 2024
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Coronavirus : non, 40% des professeurs ne sont pas absents
00:03:25
Coronavirus : non, 40% des professeurs ne sont pas absents
00:03:26
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

C’est le chiffre polémique de la semaine, celui qui fera également office de plat de résistance lors de vos discussions du week-end : mais que font ces 40.000 enseignants dont nul n’aurait de nouvelles ? Sont-ils tous bloqués quelque part, éparpillés, dans leur lit ou exilés ? 

Les enquêtes journalistiques à leur propos se multiplient. Sur TF1, sur France 2, le journal l’Opinion titre carrément "Mais où sont le profs ?" suscitant colère chez les parents et émoi chez le personnel enseignant ayant l’impression d’être stigmatisé. On parle de 40.000 personnes sur 871.000 enseignants de la maternelle au lycée soit 5% dont le ministère de l’Education assure qu’ils ne sont pas perdus mais qu’ils n’ont pas assuré de suivi assez régulier avec les élèves. 

Sur RTL, Jean-Michel Blanquer a assuré que des sanctions seraient prises mais le ministre n’a pas précisé pourquoi ces 5% ne répondaient pas. D’ailleurs 5% chez les enseignants, ça correspond à la moyenne d’absentéisme chez les salariés français qui est de 5,10% (chiffre 2018 du baromètre Ayming mesurant l’absentéisme). 

Mais actuellement un autre pourcentage tourne sur les réseaux sociaux et dans certains médias disant que le taux de non présence en classe des professeurs s’élèverait en fait à 40%, ce qui est largement à nuancer.

D'où vient ce chiffre et est il vrai ?

À lire aussi

Selon les dernières données du ministère de l’Education nationale datant de jeudi dernier, 55 % des professeurs étaient en présentiel la semaine dernière à l’école primaire, et 60 % des enseignants au collège. Les autres poursuivant la classe à distance. 

Mais alors les 40% que font-ils ? Du pédalo ? Hé bien non, ils obéissent aux protocoles sanitaires en vigueur, et distanciation sociale oblige, certaines classes ne sont pas encore rouvertes. De plus, le journal Libération a voulu vérifier cette affirmation de 40% auprès des syndicats. Le Snuipp-FSU (syndicat majoritaire dans le primaire), qui a mené une étude interne, estime que le nombre de professeurs des écoles maintenus chez eux pour des raisons personnelles (santé, proche vulnérable) n’est que de 10%. Les autres restent donc en télétravail, faute de classe ouverte.

Autre motif explique le journal 20 minutes, les enseignants sont également des parents. "Beaucoup d’entre eux doivent garder leurs enfants", explique le ministère. Car pour l’heure, rappelons-le, seulement 1,8 million d’écoliers – sur un total de 6,7 millions – sont retournés à l’école, mais rarement à temps complet. Au collège, ils sont 600.000 sur 3,3 millions. Donc, prenons notre shaker pour libérer le cocktail fact cheking du shaker. Les 5% d’enseignants décrocheurs, le sont en effet mais comme 5,6% des salariés français et non 40% des enseignants n’ont pas choisi de ne pas revenir en classe, les circonstances les contraignent, voilà servez c’est prêt.

Et Twitter encourage ses utilisateurs à réfléchir avant de partager un message

L’idée lorsque vous retweetez un article, mais que vous n’avez pas cliqué sur le lien dans l’app Twitter, le réseau social vous demandera si vous êtes bien certains de vouloir le partager sans l’avoir lu. Il s’agit ainsi de ne pas en rester au titre du tweet, comme souvent, ce qui provoque de nombreuses polémiques puisque s’arrêter à la lecture d’un titre, ça n’apporte rien. Ça marche pour tout. Si on s’arrête au titre de Zola  Au bonheur des dames, on dirait un concurrent de 3615 Ula, alors que le roman évoque les débuts de la société de consommation au XIXe siècle…Méfiez vous des apparences.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/