3 min de lecture États-Unis

Coronavirus : non, Trump n'a pas fait le parallèle entre le chômage et George Floyd

Ce lundi 8 juin nous nous attaquons à une fake news américaine. Non, Donald Trump n'a pas affirmé que la baisse du chômage était un grand jour pour George Floyd.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, Trump n'a pas fait le parallèle entre le chômage et George Floyd Crédit Image : CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par William Vuillez

Vendredi 5 juin, Donald Trump a parlé devant la presse pour se féliciter des chiffres du chômage, en baisse au mois de mai aux États-Unis. Et d’un coup, le président américain a fait une référence à George Floyd, notée en ces termes et envoyée sur Twitter par un journaliste de l’AFP : "La baisse surprise du chômage aux États-Unis vendredi ? Selon Donald Trump, elle marque "un grand jour" pour George Floyd, un homme noir dont la mort, par asphyxie sous le genou d’un policier blanc, a déclenché un mouvement de colère historique dans le pays".

Hallucinant, Donald Trump qui depuis ce drame n’a de réponse que sécuritaire, refusant toute réflexion sur le racisme dans son pays, se sert de George Floyd pour dire que finalement tout ne va pas si mal puisque lui-même aurait été content de voir le chômage baisser

En France de nombreux médias embrayent sur ce thème, aux États-Unis, le New-York Times dézingue l’impudeur de Trump. On peut en effet parler d’indécence mais en fait si la phrase a bien été prononcée, il s’agit d’une petite erreur d’interprétation comme l’indiquera par la suite, un nouveau message de l’AFP : "UNE ERREUR DUE À LA CONFUSION DU DISCOURS DE TRUMP".

Les journalistes qui suivent la Maison-Blanche le savent, si vous avez un esprit logique, les propos de Donald Trump vous échapperont. Donc il faut être vif, aux aguets et capable de relier des phrases qui n’ont pas grand-chose à voir entre elles. Vendredi, en présentant les chiffres du chômage en baisse, l’hôte du bureau ovale a parlé de "très grand moment pour notre pays" puisque malgré le coronavirus les États-Unis ont créé 2,5 millions d’emplois.

Trump n’a pas structuré sa pensée

À lire aussi
Des manteaux en fourrure (illustration) mode
Bien-être animal : après l'interdiction des élevages de visons, les lapins oubliés ?

Ensuite, Trump développe avec cette phrase : "Ce que nous annonçons aujourd’hui est un formidable hommage à l’égalité. Nous rétablissons nos emplois, un très grand jour". Suivent ensuite une vingtaine de minutes durant laquelle il va faire des aller-retours entre la Covid-19 dans le monde, les manifestations pour George Floyd et le travail de la garde nationale. Puis il évoque l’égalité et lance : "Aujourd’hui est un grand jour pour George Floyd" répétant plusieurs fois, comme avec la baisse du chômage, l’expression "grand jour".

Les réseaux sociaux s’embrasent et les journalistes présents sont stupéfaits d’entendre le premier citoyen américain relier chômage et George Floyd dans la même phrase. Ce n’est pas le cas mais une nouvelle fois en prenant du recul, les médias se sont aperçus que le président américain n’a pas structuré sa pensée. L’AFP a depuis changé le titre de sa dépêche en "Trump évoque "un grand jour" pour George Floyd et crée la polémique", dans laquelle on distingue bien les deux parties du discours présidentiel.

Les réactions de la Maison-Blanche

Si les fans de Donald Trump ont critiqué les radios, télé et journaux ayant diffusé cette critique de leur poulain, le porte-parole de la présidence a été à l’offensive contre les médias. Il a évoqué une fausse interprétation. Le discours du président était selon lui très clair. Seul souci de l’administration américaine, relève le journal Libération dans le contexte actuel : le chômage est en légère hausse pour les afro-Américains alors qu’il a baissé pour les blancs Américains. Interrogé sur cette différence lors de sa conférence de presse, Donald Trump n’a pas apporté de réponse. Le silence est parfois plus éloquent qu’un long discours.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Chômage Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants