1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Comment la mouvance complotiste QAnon s'est installée en France
3 min de lecture

Comment la mouvance complotiste QAnon s'est installée en France

Apparues aux États-Unis, les théories au cœur du mouvement QAnon ont su résonner avec d'autres craintes liées au traitement des enfants, déjà présentes en France.

Un homme portant un t-shirt représentant le mouvement QAnon, dans le New Hampshire, aux États-Unis.
Un homme portant un t-shirt représentant le mouvement QAnon, dans le New Hampshire, aux États-Unis.
Crédit : Joseph Prezioso / AFP
Victor Goury-Laffont

En France, les premiers échos au sujet de QAnon sont arrivés principalement pendant l'élection présidentielle de 2020 aux États-Unis. Un étrange mouvement complotiste, pro-Donald Trump, qui s'attaque à des prétendus trafics d'enfants, un "État profond" qui tiendrait secrètement les rênes du pouvoir, au Parti démocrate et à quelques milliardaires.

"À la base des théories du complot au XXIème siècle, il y a toujours l’idée que les élites qui nous gouvernent sont mauvaises", explique à RTL.fr Véronique Campion-Vincent, spécialiste des légendes urbaines et théories du complot et autrice de La société parano. "Ces élites ont pris la place des 'sales étrangers' d'antan. Avec QAnon, il y a une inflexion supplémentaire : ce seraient même des pédo-satanistes, et Donald Trump est en lutte pour les faire tomber".

Un scénario qui met donc en scène l'ancien président américain et "Q", l'auteur de messages anonymes qui informaient les adhérents de la mouvance, en lutte contre une "cabale" de pédophiles au sommet de l'État qui implique Hillary ClintonBarack Obama ou encore George Soros.

Identifié comme dérive sectaire

Malgré ses fondements fictifs, les nombreux articles discréditant cette théorie complotiste ou les politiques de modération des réseaux sociaux, l'adhésion à QAnon a gonflé au fil des années, et la mouvance est même parvenu à s'exporter au-delà des frontières américaines.

À lire aussi

Au micro de RTL, la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, avait cité QAnon parmi les dérives sectaires récemment identifiées par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Maintenant fermé, le groupe Facebook "QAnon France" comptait plusieurs dizaines de milliers d'adhérents.

"Même si nous ne sommes pas aux États-Unis, il y a un climat en France qui est nerveux, qui bouillonne, explique Véronique Campion-Vincent. Il existe un réservoir d’insatisfaits du système, et les théories qui vont inclure une dimension liée à l’enfance leur parlent rapidement".

De nombreuses théories sur les placements d'enfants

Des théories retrouvées par exemple dans le cas de l'enlèvement de Mia. La fillette de huit ans a été enlevée par sa mère avec l'aide de ravisseurs qui "se rapprochent idéologiquement des groupes complotistes", a expliqué l'ancien secrétaire d'État et dirigeant de la DGSI Laurent Nunez dans une interview accordée au Parisien

Rémy Daillet, figure au cœur de la mouvance complotiste qui se trouverait derrière cet enlèvement, a lui aussi estimé, sur BFMTV, qu'il ne s'agissait que d'une "restitution d'enfant" auprès de la mère de Mia. Celle-ci n'était pas autorisée à voir son enfant après avoir tenu des propos suicidaires devant elle et refusé de travailler avec les services de protection de l'enfance.

"Autour de l’enlèvement de Mia, des propos de Rémy Daillet, on retrouve l’idée qu’il y aurait des placements abusifs d’enfants, poursuit Véronique Campion-Vincent. Il y a une hostilité vis-à-vis des services anciennement assurés par les DDASS, des gens qui partagent une certaine colère et méfiance vis-à-vis de ces sphères de l’administration".

Un soupçon d'abus dans les placements d'enfants retrouvé sur les réseaux sociaux, et parfois relayé par des figures politiques comme Jean Lassalle. "Avec Internet, on pensait que l’arrivée de plus d’informations entraînerait moins de rumeurs, rappelle Véronique Campion-Vincent. L’inverse s’est passé : avec une quantité trop importante d’information, les gens se rabattent sur leurs proches, les interlocuteurs en qui ils ont confiance pour affronter ce qui est complexe".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/