2 min de lecture Cinéma

César 2020 : après la cérémonie, Marlène Schiappa s'indigne dans une tribune

VU DANS LA PRESSE - Dans une tribune publiée sur "Libération", la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a réagi au palmarès de la cérémonie des César et s'est indignée contre celles et ceux qui auraient préféré que "le cinéma reste une fête".

Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 10 septembre 2019.
Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 10 septembre 2019. Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Camille Descroix
Camille Descroix

La 45e cérémonie des César, qui s'est tenue ce vendredi 28 février à la salle Pleyel à Paris, a soulevé l'indignation au sein de l'opinion publique après l'attribution du prix de la meilleure réalisation au cinéaste Roman Polanski, visé par 12 accusations de viol. La secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a réagi au palmarès ce samedi dans une tribune publiée sur le site de Libération.

"Pour que le cinéma reste une fête" : c'est cette petite phrase, répétée à plusieurs reprises par certains lors de la grande messe annuelle du cinéma français, qui est le point de départ de sa tribune et l'objet de sa colère. "J’aurais aimé (...) débattre de la réalisation pudique de Roubaix, une lumière et du talent de Céline Sciamma, de Nicolas Bedos qui n’est jamais aussi efficace que lorsqu’il est généreux, des chansons écrites sur Fanny Ardant et de l’héritage cinématographique d’Agnès Varda", a-t-elle écrit, "Mais ce n’est pas possible de faire tout cela comme si de rien n’était", a-t-elle martelé.

"Alors que je m’époumone toute l’année à porter les dispositifs qui permettent aux femmes de porter plainte et d’obtenir justice après un viol ou une agression sexuelle (...) Comment voulez-vous que l’on tolère d’entendre 'pour que le cinéma reste une fête…' comme si celles qui parlent gâchaient la fête ?", s'est-elle expliquée. 

Pensez aux victimes

Marlène Schiappa
Partager la citation

"Personne ne veut transformer les César en tribunal. Nous voulons juste de vrais tribunaux qui fonctionnent et qui condamnent les violeurs. Point. Ainsi le cinéma pourra rester une fête", a-t-elle poursuivi.

À lire aussi
Carte d'abonnement aux cinémas Pathé-Gaumont confinement
Confinement : cinéma, salles de sports.. qu'advient-il de vos abonnements ?

Contre ceux qui disent que ce n'était pas le bon moment et le bon endroit pour parler des violences sexuelles qui gangrènent l'industrie du cinéma français, elle répond : "Si vous tenez tant vous aussi à ce que le cinéma reste une fête, ne violez pas, ne touchez pas les fesses, les seins, les cuisses des femmes qui n’ont pas exprimé leur consentement".

"Vous ne voulez plus de cris, de manifestations, de scandales, de départs de la salle ? Soutenez les femmes, cessez de les empêcher de facto de créer et de prendre pleinement part à cette fête, à cette industrie. Ne couvrez pas ceux qui sont accusés de viols. Pensez aux victimes. Passées et actuelles. Croyez-les. Soutenez-les", a-t-elle conclu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma César Marlène Schiappa
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants