1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. Calvado : le descendant d'un soldat anglais cherche la propriétaire d'une bible trouvée en 1944

Calvado : le descendant d'un soldat anglais cherche la propriétaire d'une bible trouvée en 1944

VU DANS LA PRESSE - Damian Harrison tente de retrouver Annick Briens, dont la bible a été retrouvée par son grand-père dans un véhicule allemand en 1944, en pleine bataille de Normandie.

Damian Harrison a envoyé au Mémorial de Caen la photo de la bible retrouvée par son grand-père en 1944
Damian Harrison a envoyé au Mémorial de Caen la photo de la bible retrouvée par son grand-père en 1944
Crédit : Capture d'écran Facebook Mémorial de Caen @Damian Harrison
Ryad Ouslimani
Journaliste

C'est une histoire comme la Seconde Guerre mondiale en a engendré en grand nombre, tant des milliers de combattants ont foulé le sol européen pour combattre les armées nazies. Jack Harrison était un soldat anglais du Royal Army Ordnance Corps (RAOC), chargé de l'approvisionnement et de la réparation. En 1944, il trouve une bible dans un véhicule allemand à Vaux-sur-Aure dans le Calvados.

À sa mort en Nouvelle-Zélande, où il avait émigré en 1993, il lègue la bible à son petit-fils Damian. Et ce dernier s'est assigné une mission : retrouver la propriétaire de la bible ou ses descendants grâce au certificat de communion glissé à l'intérieur, raconte France 3

En effet, on sait que le livre sacré était la propriété d'Annick Briens, qui a effectué sa communion solennelle à l'église Saint-Désir de Lisieux le 12 juin 1938.

60.000 vues en 24 heures

Damian Harrison n'en sait pas plus, il décide alors de contacter via Facebook Messenger le Mémorial de Caen afin de l'aider dans sa tâche. "La plupart du temps nous renvoyons sur l'antenne caennaise du Service historique de la défense, la division des archives des victimes des conflits contemporains. Ils ont des dossiers personnels des victimes civiles", explique en préambule Mathilde Rouquet, responsable du service des archives du Mémorial. 

À lire aussi

"Nous, au Mémorial, nous ne gardons que des documents scientifiques. Mais là, on a trouvé l'histoire tellement jolie, qu'on l'a publiée sur Facebook", indique-t-elle à nos confrères. Résultat, la publication remporte un succès auprès des abonnés Facebook, et est plusieurs milliers de fois partagées et commentées. 

"On l'a postée hier, jeudi 17 septembre vers 17h, et au bout de 20 minutes, on avait déjà 1.200 partages. Là, on s'est dit que ça avait pris. On en est, en moins de 24 heures, à plus de 60.000 vues et on a énormément de réactions", rapporte Laura Bataille, responsable de la communication digitale au Mémorial de Caen, à France 3.

Elle explique également qu'"au bout de 3 heures" il y "avait déjà trois pistes sérieuses". Mais ces dernières restent pour le moment confidentielles. Néanmoins, un grand nombre de personnes demandent à ce que la suite soit racontée pour avoir le fin mot de l'histoire. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/