2 min de lecture Alcool

Bières ultra-fortes : "Un attentat" contre les jeunes, selon la Ligue contre le cancer

Le président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn, demande de durcir la réglementation sur les bières à très forte teneur en alcool.

>
Bières ultra-fortes : "un attentat" contre les jeunes, selon la Ligue contre le cancer Crédit Média : Agnès Bonfillon | Durée : | Date :
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Le président de la Ligue contre le cancer, Axel Kahn, demande de durcir la réglementation sur les bières à très forte teneur en alcool. Et pour alerter sur la dangerosité de ces boissons, il dénonce "un attentat contre la santé des jeunes", ce lundi 30 septembre dans Le Parisien.

"Alors que la plupart sont à 4-5 voire 6-7 % d'alcool, on voit émerger des gammes à 14 %, et même à 16 ou presque 17 % !, s'alarme Axel Kahn. Elles sont vendues dans des canettes de 500 ml. Une fois ouvertes, on ne peut plus les refermer, il faut boire jusqu'à la lie. Un jeune a alors consommé l'équivalent d'une bouteille de vin !"

Selon les calculs du journal, boire 50 centilitres de bière à 16,8 % revient à boire les deux tiers d'une bouteille de porto ou la quasi-totalité d'une bouteille de vin à 12,5 %. Ces bières ultra-fortes "ont fleuri dans les supermarchés, dans les supérettes, à un prix modique. Ses acheteurs sont le peuple de la rue, et les jeunes", assure Axel Kahn, qui "demande aux autorités d'étudier la question et de légiférer".

Une nouvelle taxe sur ces bières ?

Deux stratégies sont possibles selon lui. La première serait d'"interdire" ou au moins "retirer l'appellation 'bière'" aux boissons qui "n'utilisent pas les procédés traditionnels de fabrication", car "des sucres et des levures" y sont ajoutés "afin d'augmenter leurs effets".

À lire aussi
Des verres d'alcool dans un bar (illustration) société
Consommation : les adolescents français sensibles au marketing de l'alcool

Autre possibilité, l'État pourrait "augmenter très fortement la taxe en fonction du grammage d'alcool : les plus fortes seraient vraiment plus chères". "On l'a vu avec le tabac : c'est la sanction au portefeuille qui donne les meilleurs résultats", estime Axel Kahn.

Le journal souligne que ces bières ultra-fortes vendues en grande distribution ne sont pas fabriquées en France. Selon l’association Brasseurs de France, interrogée par le quotidien, les bières qui dépassent 10 % d'alcool ne pèsent que 0,5 % du marché total de la bière.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alcool Santé Cancer
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants