2 min de lecture Mots

Avez-vous très faim ou grand faim ?

Les ogres des contes de notre enfance avaient "grand faim" et le Petit Poucet "grand peur", une formulation qui tombe peu à peu en désuétude, explique Muriel Gilbert.

livre Un bonbon sur la langue Muriel Gilbert iTunes RSS
>
Avez-vous très faim ou grand faim ? Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Muriel Gilbert
Muriel Gilbert édité par Nicolas Barreiro

J’ai reçu une question de Jacqueline et Claude, qui ont remarqué dans un de mes livres, le dernier je crois, Vous reprendrez bien… Un bonbon sur la langue, que j’écrivais "J’ai très faim". Or Jacqueline et Claude ont appris à l’école que l’on doit dire "avoir grand faim". C’est ce qu’affirment aussi le Dictionnaire de l’Académie française et l’une des bibles des correcteurs, le Dictionnaire des difficultés de la langue française d’Adolphe Thomas. 

Pour lui, l’adverbe très modifie soit un adjectif, soit un autre adverbe, pas un nom, donc les expressions du genre "avoir très mal, très faim, très peur, très envie sont réservées à la langue parlée ou au style familier". Pourtant, "J’ai grand peur", "J’ai grand faim", cela sonne désormais un peu vieillot, surannées, ou du moins très littéraire. D’ailleurs, le Thomas dont je vous parlais n’a pas été mis à jour depuis plusieurs décennies, ceci expliquant sans doute cela.

Je ne me mets pas à table en disant : "J’ai grand faim". Pourtant, dans les contes de notre enfance, oui, l’ogre a "grand faim" et le Petit Poucet "grand peur". Alors que s’est-il passé ?Grand, nous apprend le Dictionnaire historique de la langue française, est issu du latin grandis, qui signifie "sublime, imposant", mais aussi "avancé en âge" (on comprend pourquoi il s’applique si bien aux grands-parents, qui sont rarement plus grands en taille que les parents… mais toujours plus vieux !).

Et c’est le sens d'"imposant" que l’on retrouve dans "j’ai grand faim". Pour le Robert, bien plus moderne que les deux dictionnaires que je viens de citer, "avoir grand-faim, grand-soif, grand-peur" sont des expressions vieillies. Et Larousse.fr confirme, considérant "avoir grand peur" comme "littéraire". D’ailleurs à l’entrée de l’adverbe très (qui, lui, vient du latin trans, signifiant "de part en part"), il donne l’exemple "J’ai très faim". En somme, cet usage de très est devenu la norme, sauf pour les puristes acharnés, dont tout le monde a le droit de faire partie, naturellement !

Certaines expressions n'ont pas évolué

À lire aussi
langue française
Le rose et la rose : quand le genre change tout

À noter tout de même que certaines expressions se sont figées avec grand. On dit "j’ai grand besoin d’aide", pas "j’ai très besoin d’aide", "à grand-peine", "pas grand-chose", "faire grand cas de quelque chose" ou "il nous a fait grand tort". D’ailleurs personne ne dit "faire très cas de quelque chose" ou "il nous a fait très tort" !

Question subsidiaire : pourquoi dit-on "j’ai grand faim", et pas "j’ai grande faim" ? Parce que, en ancien français, grand n’avait qu’une terminaison pour les deux genres : bref, grande n’existait pas ! C’est aussi ce qui explique que l’on ne dise pas : "Je vais embrasser ma grande-mère". 

La prochaine évolution (elle est déjà là, dans la langue parlée, dans un registre certes peu soutenu, mais courant), c’est sans doute que "j’ai très faim" soit remplacé par "j’ai trop faim". En somme, en quelques décennies, on serait passé de "j’ai grand faim" à "j’ai très faim" puis à "j’ai trop faim"… et peut-être bientôt à "j’ai grave faim" ! Toutes ces histoires m’ont donné faim, en tout cas. Vous me passez une tartine ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mots Littérature Dictionnaire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants