1 min de lecture Terrorisme

Attaque à Nice : que signifie le niveau "urgence attentat" du plan vigipirate ?

ÉCLAIRAGE - Le Premier ministre Jean Castex a annoncé le passage de la France au niveau "urgence attentat", à la suite de l'attaque au couteau qui a fait trois morts jeudi 29 octobre, à Nice.

Des soldats français du plan Vigipirate le 24 mars 2015 près de la pyramide du Louvre à Paris.
Des soldats français du plan Vigipirate le 24 mars 2015 près de la pyramide du Louvre à Paris. Crédit : JOEL SAGET / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

Jean Castex l'a annoncé immédiatement après l'attentat terroriste qui a coûté la vie à trois personnes, dans la basilique Notre-Dame de l'Assomption, jeudi 29 octobre, vers 9h du matin. Le Premier ministre a déclaré que la France passait en niveau "urgence attentat", à la suite de l'attaque. Elle était jusqu'alors au niveau "sécurité renforcée risque attentat".

Le niveau "urgence attentat" est le niveau le plus haut du plan Vigipirate. Crée en décembre 2016, il peut être mis en place à la suite immédiate d'un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. 

Ce niveau est mis en place pour une durée limitée : le temps de la gestion de crise. Il permet notamment d'assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise. Le plan Vigipirate est un dispositif qui relève du Premier ministre qui existe depuis 1978. 

Une situation qui s'est gravement dégradée

La situation s'est considérablement tendue depuis plusieurs semaines en France, notamment depuis le 2 septembre avec le début du procès de l'attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015. Il y a d'abord eu l'attaque au couteau qui a fait deux blessés graves le 25 septembre, en face des anciens locaux du journal satyrique, dans le XIe arrondissement. Lors de son audition, l'assaillant avait avoué viser la rédaction de Charlie Hebdo.

À lire aussi
Un passage piéton devant une école (illustration) faits divers
Nancy : un mois avec sursis pour avoir menacé de décapiter des enseignants

Puis, début octobre, l'enseignant Samuel Paty a été décapité après avoir donné un cours sur la liberté d'expression au collège Le Bois d'Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). 

Jusqu'à cet troisième attaque au couteau ce jeudi matin qui a fait trois morts à Nice. L'assaillant, grièvement blessé par les tirs de la police, a été transporté à l'hôpital. Il aurait crié plusieurs fois "Allah Akbar" lors de l'attaque, selon l'AFP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Attentat Nice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants