1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Ariège : L'Hospitalet, un refuge pour empêcher l'exil des habitants
2 min de lecture

Ariège : L'Hospitalet, un refuge pour empêcher l'exil des habitants

Ce lundi 29 mars, nous parlons d'une manière assez originale de lutter contre la désertification rurale.

Ariège
Ariège
Ariège : L'Hospitalet, un refuge pour empêcher l'exil des habitants
03:13
Ariège : L'Hospitalet, un refuge pour empêcher l'exil des habitants
03:13
Isabelle Choquet

C'est un système qu'un village de l'Ariège a mis en place. Un reportage y est consacré dans Causette Magazine (le dernier numéro vient de sortir). Dans les années 1990, 2000, comme beaucoup d'autre communes, L'Hospitalet-près-l'Andorre se vide inexorablement, plus besoin de douaniers, ni de salariés à la centrale hydroélectrique, les familles s'exilent.

En 10 ans, la population est divisée par 2. Elle passe de 160 habitants à 80. La fermeture de l'école menace et pour le conseil municipal, pas question de céder à la fatalité, mais pas question non plus de simplement miser le tourisme. Il faut être innovant, tout en développant un lien avec le scolaire. Après 8 années de réflexions, de réunions publiques et d'expérimentations, sachant que dans le département beaucoup de mamans seules vivent sous le seuil de pauvreté, l'idée de les accueillir l'emporte.
 
Depuis un an, La maison des Cimes (joli clin d'œil aux Pyrénées en toile de fond) héberge des femmes et leurs enfants. Le temps de reprendre son souffle, de retrouver des repères. Chaque famille dispose d'un 3 pièces contre un petit loyer. Intimité mais aussi partage ! Au rez-de-chaussée de la bâtisse en pierre et en bois, un grand espace baigné de lumière ou les locataires peuvent se retrouver, discuter et être épaulées par l'association qui gère cette maison. La plupart des femmes qui sont là ont été victimes de violences conjugales, la vocation du lieu s'est imposée d'elle même.

L'Hospitalet, une bulle protectrice

Sarah fait partie des 4 résidentes actuelles. Elle a rejoint le logement il y a quelques semaines avec ses 2 garçons : "Aujourd'hui, dit-elle, j'arrive enfin à me reposer, à souffler.
Avant, de jour comme de nuit, il n'y avait plus de sommeil....". La peur des coups, pour elle, pour ses enfants qu'elle voulait mettre en sécurité loin de chez elle. Ici on commence à reparler à d'autres personnes, on n'est plus coupé du monde.
 
L'Hospitalet ou une forme de renaissance, une bulle protectrice, un refuge, y compris à l'école ou les enfants sont scolarisés. Marianne voit les choses changer chez ses petits élèves. Au niveau de la confiance dans l'adulte, cette idée qu'ils peuvent exister dans le regard de quelqu'un d'autre. Le fils et la fille de Katia ont pu faire cet apprentissage et aujourd'hui ce n'est pas fini. Après 7 mois passés à La maison des Cimes, la petite famille
a certes quitté le nid en décembre dernier mais elle est restée dans le village, à "L'Hospi" comme on dit. "Je n'ai pas envie de repartir en ville", explique la maman qui a d'ailleurs  trouvé du travail comme agent d'entretien et aide à domicile.

Et il est là le but : que le nombre d'habitants reparte à la hausse. En restant, ces femmes aident à leur tour le territoire, c'est du gagnant gagnant. Association et mairie espèrent que ce modèle sera dupliqué ailleurs même si L'Hospitalet, c'est vrai avait un nom prédestiné, car en occitan L'Hospitalet, cela veut dire refuge, abri...

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/