3 min de lecture Aéronautique

Airbus renoue avec les bénéfices : un espoir dans la nuit pour le secteur aérien

ÉDITO - L’avionneur européen signe un bénéfice net de 362 millions d’euros au premier trimestre et a pu livrer 125 avions commerciaux depuis le début de l’année : un signe d'espoir pour le secteur.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Airbus renoue avec les bénéfices : un espoir dans la nuit pour le secteur aérien Crédit Image : GEORGES GOBET / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Marie Gingault

Résultats encourageants pour Airbus en ce début d’année. L’avionneur européen signe un bénéfice net de 362 millions d’euros au premier trimestre. Est-ce la lumière au bout du tunnel pour le secteur de l’aérien ? Disons que dans la nuit sombre de l’aérien, c’est plutôt une petite étoile avec quelques autres qui s’allument. C’est un bon signal. : Airbus a pu livrer 125 avions commerciaux depuis le début de l’année. Toutefois, l’avionneur reste vraiment prudent pour la suite, car en parallèle, une centaine de commandes ont été annulées.   

Premier espoir, évidemment : le déconfinement, la réouverture des frontières et le pass sanitaire, qui vont aider à voyager. Deuxièmement, il reste un secteur qui fonctionne encore, celui du transport des marchandises par avion. Que ce soient des milliers de colis ou les précieux masques et vaccins. Troisième espoir, c’est un phénomène étonnant en ce moment : une flopée de nouvelles compagnies sont en cours de création. Fly Pop au Royaume-Uni, Breeze Airways aux États-Unis ou encore Norse Atlantic en Norvège. Ces dernières espèrent surfer sur la reprise du trafic à bas coût et des avions moins chers à acheter. Le directeur général de Fly Pop dit même qu’une "pandémie est le meilleur moment pour lancer une compagnie aérienne".

Les espoirs 4 et 5 sont français. Celui de la compagnie Air France qui a besoin d’argent. Sa première levée de fonds a permis de récolter plus d’un milliard d’euros. C’est mieux qu’attendu et c’est bon signe pour la suite. Enfin, il faut le souligner, en France, l’espoir vient aussi de l’État, qui a été exemplaire dans le soutien au secteur aéronautique. Ce sont les industriels eux-mêmes qui le disent. Pour l’aéronautique, l’activité partielle, de courte ou de longue durée a permis de limiter la casse avec seulement 4% d’emplois perdus en 2020.  

60.000 emploi menacés pour l'année qui vient

Ce sont donc des motifs d’espoir dans la nuit, mais cela ne signifie pas que l'on est encore sortis de la crise. En effet, pour les compagnies déjà établies, les turbulences vont se poursuivre. Une récente étude comptabilise 10 à 15 sociétés encore à risque. Avec 60.000 emplois menacés pour l’année qui vient.   

À lire aussi
soin
Les infos de 6h - Coronavirus : un premier avion français arrive en Inde, chargé en oxygène

Tout compris, le trafic aérien pourrait devoir attendre jusqu’en 2023 voire 2024, pour retrouver son niveau d’avant crise. La tendance pourrait d’abord être celle d’un redémarrage des vols de loisir, et peut-être ensuite des voyages d’affaires, car le développement des visioconférences va faire réfléchir les entreprises à deux fois, entre se connecter derrière un ordinateur et envoyer leurs collaborateurs aux quatre coins de la planète.

Le plus : les annonces de confinement ont eu un impact très fort sur les mouvements de population

C’est un résultat à lire dans une étude très complète de l’Insee, sur les territoires. Le temps du confinement, Paris a perdu 20% de sa population, 450.000 personnes. C’est beaucoup. - 30% même en Savoie. Quand des départements comme l’Yonne et ses maisons de campagne ont gagné 7% de personnes.  

La note : 24/20 à Amazon, Facebook et Google

Les géants du numérique cassent toutes les règles, donc nous aussi avec les notes. Ça a un côté inquiétant en terme d’ultra-domination, mais Amazon, Facebook, Apple, ont pulvérisé les attentes des marchés cette semaine avec la publication de leurs résultats financiers. Des profits qui doublent, voire qui triplent sur un an, c’est stratosphérique. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Aéronautique Airbus Activité économique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants