1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Abandon du projet d'extension à Roissy : Juniac évoque "une défaite" face à la pandémie
2 min de lecture

Abandon du projet d'extension à Roissy : Juniac évoque "une défaite" face à la pandémie

INVITÉ RTL - "C'est un séisme sans précédent que connaît le transport aérien", déplore le directeur général de l'Association internationale du transport aérien.

Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA, l'Association internationale du transport aérien.
Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA, l'Association internationale du transport aérien.
Crédit : FABRICE COFFRINI / AFP
Abandon du projet d'extension à Roissy : de Juniac évoque "une défaite" face à la pandémie
05:31
Christelle Rebière - édité par Marie Gingault

Le secteur aérien se retrouve face à une crise aussi imprévue qu'inédite : pris en étau entre la pandémie et le réchauffement climatique. L'abandon du quatrième terminal de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle marque "la défaite des compagnies aériennes face à cette crise issue de la pandémie", déplore Alexandre de Juniac, directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA). Une pandémie qui est "une véritable catastrophe pour notre secteur", ajoute-t-il.

"On est probablement l'un des secteurs les plus touchés avec le tourisme ou l'hôtellerie, mais pour nous cette pandémie a représenté une baisse du trafic d'à peu près 68%, dont 80% du trafic international", souligne le directeur de l'IATA. "C'est un séisme sans précédent que connaît le transport aérien", regrette-t-il.

"Les compagnies ont mis à terre la plupart de leurs avions, ont vu leur chiffre d'affaires s'effondrer, ont lancé des restructurations massives qui ont entraîné des licenciements tout aussi massifs, ont réduit leur réseau, annulé les vols, supprimé des routes et donc le secteur s'est réduit considérablement", souligne Alexandre de Juniac. Ainsi, selon lui, il se peut que le projet d'extension de Roissy ne soit pas le seul à devoir être abandonné. "Il n'est pas surprenant qu'on voit dans d'autres parties du monde ou sur d'autres aéroports des réductions de projet ou des annulations de projets", concède-t-il. 

On ne voit pas de reprise significative du trafic avant juin

Alexandre de Jugnac - directeur général de l'IATA, l'Association internationale du transport aérien

"On estime déjà qu'il y a 40 compagnies aériennes qui ont disparu, encore une qui vient de disparaître hier soir, parce que la situation est très difficile, c'est d'ailleurs pour ça que nous avons demandé l'aide massive des gouvernements, qui nous l'ont d'ailleurs accordée, on est en extrêmement reconnaissant", tient à souligner le directeur général de l'IATA. 

À lire aussi

L'association demande désormais aux gouvernements "d'une part, d'étendre leur aide, au moins pour les six prochains mois qui vont être très très difficiles car on ne voit pas de reprise significative du trafic avant juin, et d'autre part de préparer le retour à la normale en tirant les conséquences stratégiques de leur politique de vaccination pour réouvrir les frontières, relâcher les contraintes qui pèsent sur le transport aérien et sur le voyage en général". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/