3 min de lecture Faits divers

Affaire Mila : que devient la jeune fille harcelée après avoir critiqué l'Islam ?

Que devient Mila, la jeune femme harcelée pour ses propos sur l'Islam ? "Le Point" revient sur l'affaire et a pris de ses nouvelles.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Affaire Mila : que devient la jeune fille harcelée après avoir critiqué l'Islam ? Crédit Image : Paul Hanaoka / Unsplash | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Olivier Boy
Olivier Boy édité par Venantia Petillault

On reparle ce matin de cette jeune femme : Mila, harcelée, menacée, obligée même de quitter son lycée parce qu'elle avait critiqué l'Islam, c'était en janvier dernier

À l'heure où le pays tout entier, enseignants en tête, se demande si au fil des ans, à force de vouloir arrondir les angles, la menace du séparatisme à l'école n'a pas été sous-estimée. Eh bien l'histoire de Mila est tout à fait édifiante. C'est le magazine le Point qui en a fait sa Une cette semaine : un dossier bouclé avant l'attentat de Conflans mais qui a un écho spectaculaire. Le Point est allé enquêter en effet sur les conditions de vie de Mila aujourd'hui.

Rappelons d'abord les faits. Le 18 janvier dernier, comme des milliers de jeunes, Mila discute en direct sur ses réseaux sociaux. Et au cours d'un échange, d'une dispute, elle critique très durement l'Islam. S'en suivra un déferlement de haine et de harcèlement. La vidéo est vue un million de fois, elle reçoit des centaines de messages de menaces, des menaces de mort, des menaces de viol et ça ne s'arrête pas au monde virtuel d'internet puisqu'elle est obligée à ce moment-là de quitter son lycée et de vivre sous protection policière. 

Chacun peut penser ce qu'il veut de ce qu'elle a dit mais en l'occurrence la justice a tranché, ne l'a pas condamnée pour ses propos qui restent de l'ordre de la liberté d'expression, mais ça ne l'a pas réhabilitée loin de là.

Un quotidien infernal

À lire aussi
Une image de la vidéo du tabassage de Michel Zecler justice
Producteur tabassé à Paris : les 4 policiers mis en cause déférés

Nous sommes 9 mois plus tard et Mila vit toujours recluse et dans l'angoisse. Plusieurs établissements ont refusé d'abord de la scolariser de peur que ça ne sème la pagaille, elle a fini par trouver un internat pour l'accueillir. Le directeur lui a fait signer une charte dans laquelle elle s'engage à ne pas s'exprimer publiquement. Elle continue régulièrement à être insultée, à être harcelée sur internet et ailleurs....  "Constamment persécutée", ce sont les mots qu'emploient ses parents aujourd'hui et vous allez comprendre pourquoi.

Cet été, alors qu'elle est en séjour linguistique à Malte à 1.500 kilomètres de la France, un jeune homme la reconnait, l'aborde et se met à l'insulter à nouveau au nom de la religion, à menacer de rendre public son lieu de vacances. Là encore, Mila fait face avec courage, lui tient tête et porte plainte même. Dans le pays le jeune homme est arrêté mais le choc pour elle est grand. Si l'histoire de Mila fait écho aujourd'hui c'est parce que Le Point rappelle qu'en janvier dernier les soutiens politiques avaient été peu nombreux. Ségolène Royal avait préféré critiquer le manque de respect supposé que Mila avait eu pour l'islam. Quatre jours après l'attentat de Conflans, le ton est bien différent. Gérald Darmanin affirme vouloir harceler les islamistes, ce sont ses termes.

Mais en attendant c'est toujours Mila qui vit cachée recluse sous protection, qui culpabilise de faire vivre tout ça à ses parents. Elle a cette phrase terrible pour une jeune femme de 18 ans : "Ils ne détruiront pas ma vie, dit-elle, mais ils ont effacé la vie heureuse que j'avais... Probablement à tout jamais."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Islamisme Harcèlement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants