2 min de lecture Affaire Bettencourt

François-Marie Banier : "Croyez-moi, cette histoire n'est pas finie"

INVITÉ RTL - Le photographe ne s’était pas exprimé depuis sa condamnation dans l’affaire Bettencourt en août 2016.

fallait l'inviter- Fallait l'inviter Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Affaire Bettencourt : "Croyez-moi que cette histoire, elle est pas finie", assure François-Marie Banier Crédit Image : MEHDI FEDOUACH / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
et La rédaction numérique de RTL

Au cœur d’une affaire judiciaire qui défraye la chronique depuis plusieurs, François-Marie Banier est devenu un prévenu avant d’être un photographe aux yeux de l’opinion publique. Le 24 août 2016, la cour d'appel de Bordeaux a rendu son jugement dans l'un des volets du tentaculaire procès Bettencourt. François-Marie Banier a échappé à la prison ferme, et finalement écopé d’une condamnation à 4 ans de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende pour "abus de faiblesse".

Une peine plus légère que celle prononcée en première instance puisque le photographe de 69 ans avait alors été condamné à trois ans de prison, dont seulement six mois étaient assortis de sursis, 350.000 euros d'amende et plus de 158 millions d'euros de dommages et intérêts. Aujourd’hui, le photographe essaye de renouer avec sa vie en sortant deux nouveaux ouvrages chez l’éditeur Steidl : Imprudences et Never stop dancing.

Imprudences, car c’est une imprudence d’être soi-même, et les gens que je photographie sont des gens singuliers, que j’aime, pris dans la rue, explique François-Marie Banier avant de poursuivre : "Et Never stop dancing, c’est parce que c’était tatoué sur la nuque d’un serveur, et j’ai trouvé ça extraordinaire que cet homme qui travaillait tant écrive Never stop dancing."

Il y a eu une fausse histoire, qui a été montée

François-Marie Banier
Partager la citation

Lorsqu’on l’interroge sur l’affaire sur l’affaire Bettencourt, François-Marie semble très affecté : "Je ne pense pas que j’ai défrayé la chronique, il y a eu une fausse histoire, qui a été montée et il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles". "Je ne sais même pas si je pourrais rester dans ce pays parce que je ne suis plus quelqu’un d'anonyme et ça m’embête un peu pour travailler, j’ai besoin qu’on ne me rappelle pas une histoire qui n’était pas l’histoire de ma vie", confie-t-il, visiblement peiné.

À lire aussi
Nicolas Sarkozy en juillet 2016 Nicolas Sarkozy
Les actualités de 6h30 - Nicolas Sarkozy : plusieurs autres affaires l'attendent au tournant

Le photographe explique que sa relation Liliane Bettencourt lui manque énormément : "Liliane, c’est une femme avec qui je pouvais parler de quelque chose qui m’intéresse énormément, c’est les affaires, la marche de la société. C’était une femme très sérieuse, très intéressante et remarquablement intéressante". Mais lorsqu’il évoque l’avenir de l’affaire Bettencourt, dans laquelle il a déposé une plainte pour subornation de témoin contre Françoise Meyers-Bettencourt, fille de l'héritière de L’Oréal, le photographe se fend d’une formule sibylline : "Croyez-moi que cette histoire, elle n'est pas finie, et que ni elle [Liliane Bettencourt] ni moi, nous n’aurons le mauvais le rôle."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bettencourt François-Marie Banier Liliane Bettencourt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants