1 min de lecture Réseaux sociaux

Abandon de Griveaux : qu'est-ce que le "revenge porn" ?

"Vengeance pornographique" en français, le "revenge porn" consiste à diffuser publiquement des images intimes sans l'accord des personnes concernées.

Les plateformes auront 24 heures pour supprimer des propos à caractère raciste avec la loi anti-haine en ligne.
Les plateformes auront 24 heures pour supprimer des propos à caractère raciste avec la loi anti-haine en ligne. Crédit : ALASTAIR PIKE / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Mettre en ligne des photos ou vidéos intimes sans le consentement des personnes concernées. C'est du "revenge porn", ou "vengeance pornographique" en français, dont a été victime Benjamin Griveaux jeudi 13 février et qui l'a poussé à renoncer à la campagne des municipales

Inconnu il y a encore quelques années, les cas de "revenge porn" se sont multipliés avec l'explosion des réseaux sociaux. À chaque fois, des images intimes ont été diffusées sans l'accord des personnes concernées. 

Le schéma est souvent le même. Dans l'intimité d'un couple, ces derniers peuvent s'envoyer des photos ou des vidéos à caractère sexuel. Puis, lors d'un conflit ou après la rupture, l'un des membres du couple diffuse ce contenu par esprit de vengeance, à des proches ou sur les réseaux sociaux. Dans le cas de Benjamin Griveaux, c'est l'artiste contestataire russe Piotr Pavlenski qui a revendiqué avoir publié ces vidéos. 

Une pratique illégale

"Le smartphone est un outil très intime, et a en même temps une capacité de médiatisation très forte. Il peut pousser à une réaction de vengeance très impulsive", a expliqué à l'AFP Justine Atlan, directrice de l'association e-Enfance. 

À lire aussi
WhatsApp a dépassé le cap des 2 milliards d'utilisateurs Connecté
WhatsApp : vos conversations privées sont peut-être accessibles sur Internet

La pratique du "revenge porn" est illégale depuis 2016. Que les images aient été prises par la personne ou avec son autorisation n'est pas important. C'est leur diffusion qui est punie par la loi. Diffuser des images d'autrui à caractère sexuel, mais aussi partager ces images sur son propre compte sur les réseaux sociaux est un délit passible de deux ans de prison.

Les avocats de Benjamin Griveaux ont d'ailleurs annoncé qu'ils allaient attaquer en justice le (ou les) responsable(s) de cette diffusion pour violation du respect de la vie privée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réseaux sociaux Pornographie Benjamin Griveaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants