4 min de lecture Harcèlement

VIDÉO - Revenge porn : comment réagir si vos photos intimes sont publiées sur le Web

Rose Carpet a publié une vidéo sur le sujet du "revenge porn". Ces violences sexuelles en ligne touchent en majorité les femmes jeunes et peuvent avoir de graves conséquences. Voici comment se protéger.

>
Ils l'ont pas respectée... Crédit Image : iStock / Getty Images Plus | Date :
benjamin pierret
Benjamin Pierret
et Arièle Bonte

En une seconde c'était fait. La photo dénudée est envoyée à l'ensemble du collège. Le harcèlement commence pour cette victime de "revenge porn" et se termine par un drame. Ce dernier aurait pu être évité d'un geste, raconte cette vidéo publiée sur la chaîne YouTube de Rose Carpet.

Comme chaque année, ce collectif de youtubeuses s'est engagé en cette journée mondiale de lutte contre le harcèlement en sensibilisant sa communauté sur ce grave sujet. En 2018, Rose Carpet s'est intéressé au "revenge porn", une pratique qui peut faire des ravages chez les plus jeunes.

Une personne est victime de "revenge porn" lorsque, après une rupture ou un différend amoureux, son ou sa partenaire-e décide de partager des photos ou des vidéos intimes, prises au temps de leur relation, sans le consentement de la victime.

À lire aussi
Le métro parisien (illustration) MeToo
Agression sexuelle dans le métro : l'auteur présumé filmé par sa victime arrêté

Des violences sexuelles plus courantes chez les jeunes

Une étude américaine, dirigée par le Center for Innovative Public Health Research, a publié le 13 décembre 2016 des chiffres édifiants sur cet inquiétant phénomène : pas moins d'une personne sur 25 a déjà été victime ou menacé de "revenge porn" aux États-Unis. Sur les 3.002 personnes interrogées, 1 jeune femme sur 10 a déjà été menacées de "revenge porn". Les femmes de 15 à 29 ans sont les plus touchées (12 % des victimes) par cette pratique, considérée comme une forme de violences sexuelles.

S'il est plus courant aux États-Unis qu'en Europe, le "revenge porn" se fraye petit à petit un chemin à travers l'Atlantique. À l'heure où le flirt par smartphones interposés est devenu quasi-incontournable, les victimes sont, logiquement, de plus en plus nombreusesDelphine Meillet, avocate française spécialiste du droit de la presse, du droit à l'image et de l'atteinte à la vie privée, estime avoir eu affaire à une vingtaine de cas de "revenge porn" depuis 2013 (chiffres datant de 2017).

Le "revenge porn" touche en majorité les jeunes filles
Le "revenge porn" touche en majorité les jeunes filles Crédit : iStock / Getty Images Plus

Les victimes sont toujours des femmes, qui viennent à elle désespérées après avoir découvert que leurs photos privées, érotiques, parfois pornographiques, circulent sur la Toile : Facebook, Whatsapp, parfois même via des mails envoyés à leurs collègues ou leurs familles.

Parce qu'il est diffus, le "revenge porn" est très difficile à combattre : une image ou une vidéo publiées sur Internet peuvent être multipliées à l'infini. Cependant, grâce à certains réflexes, les victimes pourront mettre toutes les chances de leur côté pour venir à bout de cette terrible atteinte à leur vie privée

Étape 1 : réunir les preuves

Delphine Meillet est catégorique : "Le mieux, c'est d'abord d'agir par soi-même". Si vous découvrez que des photos ou des vidéos de vous, nue, circulent sur le Web, une précaution est indispensable avant même de porter l'affaire devant la justice : imprimer une capture d'écran du fichier compromettant. L'image doit mettre en évidence sa présence sur le site concerné. Elle pourra ensuite faire office de preuve, si le fichier venait à disparaître avant un éventuel lancement de procédures judiciaires.

Le mieux, c'est d'abord d'agir par soi-même

Delphine Meillet, avocate
Partager la citation

Dans l'idéal, il convient d'établir un constat par un huissier. Un simple lien, envoyé par mail, est suffisant. Si Delphine Meillet reconnaît qu'il s'agit d'"une démarche coûteuse", elle reste malgré tout le seul moyen de garantir l'authenticité du document. 

Étape 2 : faire disparaître le document compromettant

Ensuite, faîtes disparaître la photo ou la vidéo (après avoir consulté un huissier, si vous avez décidé d'en faire la démarche). Signalez la publication à la plateforme concernée. Ce geste simple peut vous être salutaire.

Un problème, néanmoins : les signalements sont nombreux sur ces sites et ne sont pas toujours traités rapidement. Pour augmenter vos chances, n'hésitez pas à multiplier les requêtes, même pour un seul fichier. 

Étape 3 : prévenir les autorités

Si vos signalements se révèlent infructueux, vous pouvez aller porter plainte contre X au commissariat. Mais la démarche peut s'avérer difficile : "On peut être mal reçue. Les policiers peuvent considérer qu'il ne s'agit pas d'une réelle infraction", explique l'avocate. De plus, la procédure peut être lente avant d'aboutir au tribunal correctionnel. Mais elle vaut le coup, notamment si vous êtes incertaine de l'identité de l'auteur du méfait. La police possède les moyens de remonter jusqu'au site et jusqu'au diffuseur

Si le travail des enquêteurs est trop lent, vous pouvez accélérer le mouvement en lançant une procédure en référé. L'objectif : poursuivre le site ou l'auteur (quand vous connaissez son identité). Pour cela, vous devez faire appel à un avocat. C'est l’alternative la plus rapide qui s'offre à vous : en un mois, vous pouvez obtenir une audience devant un Tribunal de grande instance, et une décision qui obligera le site hébergeur à supprimer le fichier. Pour que le référé soit recevable, un signalement sur le site au préalable est indispensable

En dernier recours, vous pouvez lancer une procédure pénale. Coûteuse, elle peut durer jusqu'à deux ans. Mais cette dernière option peut vous sortir d'affaire.

Quelques conseils supplémentaires

Toutes ces étapes, si elles sont bien distinctes, ne sont pas incompatibles les unes avec les autres. En lançant plusieurs procédures, vous multipliez vos chances. Des associations dédiées peuvent également vous accompagner, notamment celle des Féministes contre le cyber-harcèlement.

Enfin, la présence d'un adulte n'est jamais négligeable dans ce genre de situations. Faut-il mettre ou non vos parents dans la confidence ? Il n'y a pas de vérité générale : tout dépend des liens que vous entretenez avec eux et de leur ouverture d'esprit. Un conseil : tournez-vous vers une personne responsable, de confiance, qui ne vous jugera pas et qui, si vous le désirez, ne préviendra pas votre famille. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Réseaux sociaux Sexe
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795490279
VIDÉO - Revenge porn : comment réagir si vos photos intimes sont publiées sur le Web
VIDÉO - Revenge porn : comment réagir si vos photos intimes sont publiées sur le Web
Rose Carpet a publié une vidéo sur le sujet du "revenge porn". Ces violences sexuelles en ligne touchent en majorité les femmes jeunes et peuvent avoir de graves conséquences. Voici comment se protéger.
https://www.rtl.fr/girls/love/video-revenge-porn-comment-reagir-si-vos-photos-intimes-sont-publiees-sur-le-web-7795490279
2018-11-08 12:37:06
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_W1OITtRvgANE5uEe6fVEw/330v220-2/online/image/2018/1108/7795490724_le-revenge-porn-est-une-forme-de-violences-sexuelles-et-sexistes.jpg