2 min de lecture Restauration

Coronavirus : "40% des restaurants pourraient ne pas rouvrir leurs portes", alerte Hervé Becam

INVITÉ RTL - Le Vice-Président de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie fait un état des lieu du secteur en cette période de crise.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus : "40% des restaurants pourraient ne pas rouvrir leurs portes", alerte Hervé Becam Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier édité par Maxime Magnier

Après plus d’un mois sans activité, la faute à l’épidémie de coronavirus qui sévit, ainsi qu'au confinement, le secteur de l’hôtellerie accumule près de "6 milliards d’euros de perte de chiffre d’affaires", a indiqué, sur RTL, le vice-président confédéral de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (UMIH), Hervé Becam. Une période particulièrement difficile pour les hôteliers et restaurateurs, et inédite.

"Jamais on n’a connu une telle situation, où l’ensemble du secteur est fermé, c’est-à-dire zéro euro de chiffre d’affaires", poursuit Hervé Becam. Les aides de l’État, "appréciées" par le secteur, ne "peuvent pas garantir la pérennité des entreprises". Dès lors, l’UMIH attend du gouvernement qu’il actionne plusieurs leviers, comme l’année blanche, soit une "annulation des charges sociales patronales et d’un bon nombre de charges fiscales qui pèsent sur les entreprises malgré qu’elles ne fassent pas de chiffres d’affaires". 

L’exécutif, et notamment Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, a confirmé plusieurs mesures "immédiates", en ce sens, lors d’une réunion avec l’UMIH. Car pour la restauration et l’hôtellerie, la période de disette se prolongera, on le sait, au-delà de la date pour le moment annoncée du déconfinement, le 11 mai. Le secteur pourrait d’ailleurs retrouver une activité vers la mi-juillet, ce qui serait "une vraie catastrophe", poursuit Hervé Becam. "Nous allons travailler et militer pour que nos établissements soient ouverts au mois de juin", assure-t-il aussi. 

Les assureurs sont "irresponsables"

Car la crise que traversent ces professionnels pourrait avoir de lourdes conséquences : "en l’état actuel des choses, il peut y avoir 40% des entreprises de restauration qui ne rouvriront pas leurs portes, quelle que soit la date" de la levée du confinement. L’UMIH met d’ailleurs actuellement en place "une cellule d'aide psychologique pour les professionnels de l’hôtellerie" qu’elle représente. Une plateforme qu’Hervé Becam espère opérationnelle "au début ou en milieu de la semaine prochaine".

À lire aussi
La terrasse d'un café à Aix-en-Provence (illustration) Insee
Coronavirus : le point sur l'activité économique deux mois après le déconfinement

Enfin, si l’État met effectivement la main à la poche ces dernières semaines, reconnaît le vice-président de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie, les "assureurs gagnent plus qu’ils n’en donnent dans le moment", estime-t-il, affirmant avoir poussé un "coup de gueule". Pour l’UMIH, les assureurs sont "irresponsables" en cette période, puisque ces derniers, poursuit Hervé Becam, "restent complètement en dehors de l’effort de solidarité de l’ensemble des autres partenaires de nos établissements". Face à cette situation, le gouvernement indique "continuer à discuter avec le secteur de l’assurance pour essayer d’améliorer et de trouver des solutions qui soient acceptables".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Restauration Épidémie Restaurant
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants