1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. 20 ans d'AZF : ce qui a changé (ou pas) depuis la catastrophe
1 min de lecture

20 ans d'AZF : ce qui a changé (ou pas) depuis la catastrophe

Vingt ans après l'explosion de l'usine chimique AZF de Toulouse, la réglementation a été renforcée. Mais, des lacunes demeurent, notamment en ce qui concerne les plans de prévention des incendies.

Une pierre tombale portant les noms des victimes de l'explosion industrielle de l'usine chimique AZF à Toulouse, dans le sud-ouest de la France.
Une pierre tombale portant les noms des victimes de l'explosion industrielle de l'usine chimique AZF à Toulouse, dans le sud-ouest de la France.
Crédit : ERIC CABANIS / AFP
20 ans d'AZF : qu'a-t-on appris depuis la catastrophe ?
01:31
Virginie Garin - édité par Mélanie Costa

Depuis la catastrophe du 21 septembre 2001, de l'usine AZF de Toulouse, qui a fait 31 morts et 2.500 blessés, la réglementation a été renforcée. C'est notamment le cas sur le stockage d'ammonitrate, le produit qui a explosé à Toulouse. Désormais, l'ammonitrate, qui sert à faire des engrais agricoles, doit être isolé. Il est interdit de l'entreposer avec d'autres substances chimiques.

Les spécialistes des risques industriels pointent toutefois une énorme lacune. Les plans de prévention des incendies n'ont pas été suffisamment renforcés. Et un incendie dans un lieu où se trouve de l'ammonitrate peut provoquer une catastrophe comme celle qui a eu lieu à Beyrouth, en août 2020. La moitié de la ville a explosé. 

Les détecteurs de fumées ont été rendus obligatoires, mais cela ne suffit pourtant pas. De gros dégâts peuvent être engendrés avant même l'arrivée des pompiers. C'est ce qui s'est passé en 2003, à Saint-Romain-en-Jarez, où un incendie dans un hangar d'arboriculture a blessé 19 pompiers. 

Seulement 10% des maisons ont été sécurisées

L'idéal serait en effet d'imposer des systèmes d'extinction automatique des jets d'eau, qui se déclenchent en cas d'alerte. Cela est déjà obligatoire dans tous les centres commerciaux, mais toujours pas dans les sites de stockage comme AZF. 

À lire aussi

En 2003, la loi Bachelot a en outre imposé des plans de prévention des risques autour des sites industriels. L'objectif : protéger les riverains. Ainsi, les entreprises ont investi, ont modifié leurs conditions de stockage. Mais dix-huit ans après le vote de la loi, certains plans ne sont toujours pas validés

Ces derniers prévoyaient de sécuriser les logements qui sont autour des usines, en renforçant par exemple les menuiseries pour éviter une explosion des vitres. Cela est pris en charge, mais pas complétement. Selon l'association Amaris, qui regroupe 80 communes concernées, seulement 10% des maisons ont été sécurisées. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/