1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. 20 ans d'AZF : "On n'a pas encore la culture du risque industriel", estime un avocat spécialisé
1 min de lecture

20 ans d'AZF : "On n'a pas encore la culture du risque industriel", estime un avocat spécialisé

INVITÉ RTL - Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l'environnement, explique pourquoi les risques liés aux zones industrielles n'ont toujours pas disparu, 20 ans après l'explosion de l'usine AZF à Toulouse.

Vue prise le 21 septembre 2001 de l'usine pétrochimique AZF dans la banlieue sud de Toulouse après une violente explosion qui avait fait 30 morts.
Vue prise le 21 septembre 2001 de l'usine pétrochimique AZF dans la banlieue sud de Toulouse après une violente explosion qui avait fait 30 morts.
Crédit : AFP
20 ans d'AZF : "on n'a pas encore la culture du risque industriel", selon un avocat spécialisé
05:55
Vincent Parizot - édité par Victor Goury-Laffont

Le 21 septembre 2021, cela fera 20 ans jour pour jour. Il y a deux décennies, la ville de Toulouse était secouée lorsqu'explosait un stock de plusieurs centaines de tonnes de nitrate d'ammonium dans l'usine d'AZF.
20 ans plus tard, un tel incident est-il devenu impossible ? "Il faut espérer que oui, mais personne ne peut dire qu'on est certain d'éviter une nouvelle catastrophe industrielle, estime Arnaud Gossement, avocat spécialisé en droit de l'environnement. La France n'a pas encore la culture du risque industriel, beaucoup de personnes ignorent qu'ils vivent à côté d'une zone dangereuse". 

"Pendant des décennies, les habitations se sont rapprochées des zones industrielles", regrette le juriste. L'explosion de l'usine d'AZF, avait poussé le législateur, en 2003, à faire passer une loi visant à éviter ce type d'incident, rappelle-t-il. Celle-ci a permis de créer des plans autour de ces sites pour y "permettre des expropriations, conforter la sécurité des habitations, informer les riverains, faciliter les mesures de secours". 

Mais pour les habitations qui étaient déjà bâties avant 2003, "il est difficile de faire partir les gens contre leur gré". Arnaud Gossement regrette notamment un "manque de moyen dans la mise en œuvre des plans de prévention industrielle".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/