1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. 11 novembre : une famille sur les traces de son grand-père, disparu au front
3 min de lecture

11 novembre : une famille sur les traces de son grand-père, disparu au front

REPORTAGE - Nous sommes le 11 novembre 2020, et plus de 100 ans après, la Première guerre mondiale est encore dans de nombreuses mémoires, notamment chez cette famille qui recherche son ancêtre disparu en 1915 sur le front de Champagne.

La Main de Massiges, un haut lieu de la ligne de front.
La Main de Massiges, un haut lieu de la ligne de front.
Crédit : Samuel Goldschmidt
Guerre 14-18 : l'enquête pour identifier le soldat Guers
03:52
Vous êtes comme ça du 11 novembre 2020
03:53
Samuel Goldschmidt - édité par Sarah Belien

La Main de Massiges est un endroit très particulier de la ligne de front. Elle doit son nom aux courbes de niveau à cet endroit de Champagne dans le département de la Marne. Les troupes du génie qui relevaient consciencieusement les emplacements des lignes de front belligérantes pour les cartes d'état-major ont rapidement baptisé ainsi cette suite de vallons et de collines qui surplombent le petit village de Massiges.

Comme très souvent sur l'ancienne ligne de front, cette incroyable quête débute par des travaux. Il y a deux ans, un coup de pelleteuse sur le pouce de la Main dégage les restes d'un soldat enseveli. Emmanuel Bujon, l'un des bénévoles de l'association de la Main de Massiges accourt aussitôt.

Il découvre alors ce casque, troué au front. Il correspondrait bien à un courrier transmis par une famille à l'occasion du centenaire en 2015. Dans cette lettre, un soldat raconte à une veuve de guerre comment son mari a été tué à côté de lui, net, d'une balle dans le front. Ce poilu tombé s'appelle Ferdinand Guers.

Emmanuel Bujon, l'un des bénévoles de Massiges.
Emmanuel Bujon, l'un des bénévoles de Massiges.
Crédit : Samuel Goldschmidt

Emmanuel Bujon ne compte pas lâcher l'affaire. "Pendant deux ans, j'ai persévéré". Jusqu'à ce jour de juin dernier, où après un très gros orage, il retrouve la plaque au nom de Ferdinand Guers, ainsi que deux pièces 20 francs or, un crayon et un bouton de la coloniale.

La plaque au nom de Ferdinand Guers, ainsi qu'un crayon, deux pièces 20 francs-or et un bouton de la coloniale
La plaque au nom de Ferdinand Guers, ainsi qu'un crayon, deux pièces 20 francs-or et un bouton de la coloniale
Crédit : Samuel Goldschmidt
À lire aussi

Dans la fameuse lettre de 1915, il est fait mention des pièces en or que Ferdinand Guers avait cousues dans une doublure de sa veste. Les bénévoles de Massiges les conservent précieusement. Avec la plaque et le crayon, tout ces objets seront remis à la famille.

Une famille sur les pas de leur grand-père

Mais l'histoire extraordinaire ne s'arrête pas là. C'est toute une famille qui vient de retrouver la trace de son grand-père. Car ce sont Maryse Berger et son mari qui ont transmis la fameuse lettre et les indices à Massiges. Maryse Berger, habitant près d'Alès, est la petite-fille du Montpelliérain Ferdinand Guers. "Cela m'a fait un choc. On n'y pensait plus. Au moins, mon grand-père aura une sépulture et dès qu'on pourra, on montera à Massiges. Je pense à ma maman, qui voulait savoir où était mort son papa. Malheureusement, elle est partie trop tôt".

Une émotion que connaît bien Pierre Labat, le maire de Massiges. Il est l'un des cofondateurs de l'association de la Main de Massiges, qui, en 2008, a acheté 4 hectares de terrains sur la ligne de front. Depuis, il retrouve à la pelle et à la pioche le tracé des tranchées de 1915. Depuis le début des travaux, ce sont 24 corps de soldats qui ont été dégagés, mais très peu de poilus retrouvés ici ont pu être identifiés.

Pierre Labat nous rappelle une donnée simple : on estime que 700.000 soldats de la Grande Guerre, toutes nationalités confondues, sont morts sur le front Ouest sans avoir pu être identifiés ou retrouvés dans le chaos du champ de bataille. La ligne de front fait 700 km, il y a donc aujourd'hui encore en moyenne un mort tous les mètres, enfouis dans la terre de la Mer du Nord à la frontière suisse.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/