2 min de lecture Économie

Industrie : les usines Ascoval et Ford Blanquefort en péril

Les dossiers noirs s'accumulent pour l'industrie française. Du côté d'Ascoval, Altifort a admis ne pas avoir les fonds nécessaires pour reprendre l'aciérie. Quant au site Ford de Blanquefort, le plan social se profile pour l'usine girondine.

LENGLET 245300 Lenglet-Co François Lenglet
>
Industrie : les usines Ascoval et Ford Blanquefort en péril Crédit Image : FRANCOIS LO PRESTI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Joanna Wadel

Comme on l'a appris jeudi 21 février, le repreneur d'Ascoval, une aciérie de la région Valenciennes en grande difficulté, n'a pas obtenu les fonds dont il avait annoncé disposer. Et cela malgré une aide substantielle de l'État et des collectivités, en particulier de la région des Hauts-de-France. Près de 300 emplois sont en jeu.

Dans le même temps, ou presque, c'est Ford, le constructeur automobile américain qui refusait à nouveau la cession du site qu'il souhaite fermer à Blanquefort dans le Sud-Ouest de la France. Une usine de boîtes de vitesse pour automobiles qui emploie 850 personnes. Le plan social paraît donc inévitable. Le ministère du Travail doit se prononcer à ce sujet avant le 4 mars prochain

Pourtant, dans les deux cas, les politiques se sont investis, et sont allés jusqu'à prêter le tiers de la somme pour la reprise d'Ascoval. Mais le repreneur, Altifort, n'a pas la surface financière suffisante pour mener à bien une telle reprise, ce qui explique que les autres crédits lui aient été refusés. Il faut préciser qu'Altifort était d'accord pour reprendre le site mais sans mettre d'argent et en bénéficiant de commandes garanties. La recette pour un échec assuré. 

À lire aussi
Des employés dans un cimetière, dans le Val de Marne (illustration) société
Les actualités de 18h - Les pompes funèbres épinglées pour de nombreux abus

Le site de Blanquefort trop peu rentable pour Ford

Côté Ford, l'histoire est différente. Si l'américain cède le site de Nouvelle-Aquitaine, il peut être appelé aux responsabilités par le repreneur, qui va également lui demander des commandes garanties. 

Pour Ford, le calcul cynique est simple : cela lui revient moins cher de fermer complètement tout de suite, même avec un plan social coûteux, que de s'attarder en restant engagé avec un site en difficulté. 

Réussir la reprise d'un site en France, est-ce possible ?

Le problème majeur est qu'en général, les sites se présentent sur le marché de la reprise très abîmés. Bien que les pouvoirs publics arrivent en pompiers, et même s'ils trouvent l'argent pour faire l'appoint, ce n'est pas eux qui génèrent les commandes. 

Ce qui crée des commandes, ce n'est pas les repreneurs mais les clients. Et s'il n'y en a pas, ce qui est malheureusement le cas pour Ascoval, cela attire des repreneurs qui cherchent à obtenir le maximum de subventions et de garanties, ce qui ne suffit pas à rendre le projet viable. Et il y a fort à craindre que nous soyons bientôt confrontés à une nouvelle illustration d'un tel cas. 

Des produits qui ne correspondent plus au marché

On pense notamment à Alstom Energy, vendue en 2015 à General Electric. L'américain s'était engagé à créer des emplois nets en France. Il ne l'a quasiment pas fait, il a donc écopé d'une amende, soit. Mais, les vrais problèmes sont devant nous. Car le nouveau patron du conglomérat américain a passé les comptes de la branche énergie d'Alstom à la paille de fer, et c'est un désastre

Là encore, on peut invoquer la brutalité du capitalisme. Mais la vérité c'est qu'Alstom fabrique des turbines à gaz de centrales électriques, et que les commandes pour ces objets ont chuté de 23% l'année dernière, puisque la plupart des énergéticiens se tourne désormais vers des énergies renouvelables. Comme l'énergie solaire et éolienne. Jusqu'ici la France a été protégée, mais pour combien de temps encore ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Industrie Usine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797018733
Industrie : les usines Ascoval et Ford Blanquefort en péril
Industrie : les usines Ascoval et Ford Blanquefort en péril
Les dossiers noirs s'accumulent pour l'industrie française. Du côté d'Ascoval, Altifort a admis ne pas avoir les fonds nécessaires pour reprendre l'aciérie. Quant au site Ford de Blanquefort, le plan social se profile pour l'usine girondine.
https://www.rtl.fr/actu/conso/industrie-les-usines-ascoval-et-ford-blanquefort-en-peril-7797018733
2019-02-22 12:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/dRPpidyF2YRNFSj8f1Uo7Q/330v220-2/online/image/2019/0222/7797019185_000-1bp5go.jpg